Par Courtney Irvine

La grande taille, la couleur orange vif et la migration notoire sur de longues distances des papillons monarques en ont fait une espèce emblématique du Canada. Cependant, le monarque est actuellement en péril en raison de la perte de son habitat. Parcs Canada aide à la conservation du monarque en protégeant l’asclépiade sur ses sites.

La protection de l’habitat est essentielle à la survie du monarque. Cette espèce est inscrite comme espèce en voie de disparition par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) en raison de la perte de son habitat. Les papillons monarques ont besoin d’asclépiades pour compléter leur cycle de vie – les œufs sont pondus sur les asclépiades et les chenilles se nourrissent de cette plante jusqu’à ce qu’elles forment une chrysalide et se transforment en papillons monarques. L’utilisation croissante d’herbicides et le déclin subséquent de l’asclépiade constituent une menace importante pour le papillon monarque dans son aire de répartition nord-américaine.

En 2017, le personnel de Parcs Canada a effectué des études aux lieux historiques nationaux du Fort-St. Joseph et du Canal-de-Sault Ste. Marie pour déterminer où se trouvait l’asclépiade. Des chenilles et des papillons monarques ont été observés au cours de ces études, ce qui a qui a confirmé que ces zones sont utilisées comme habitat de reproduction pour cette espèce.

A Monarch caterpillar on milkweed at Fort St. Joseph National Historic Site

Ensuite, nous avons élaboré une pratique de gestion exemplaire pour l’entretien de la végétation afin de nous assurer que le fauchage et l’élagage de routine ne compromettent pas la persistance de l’asclépiade et de toute autre végétation prisée par le monarque dans ces sites. Nous avons identifié des zones où l’entretien de la végétation pourrait être complètement éliminé pour favoriser la croissance de l’asclépiade et des fleurs sauvages. Une certaine période a également été déterminée pendant laquelle le fauchage et la taille ne devraient pas être effectués dans les zones à faible fréquentation afin de protéger l’asclépiade et les monarques des perturbations pendant la reproduction. Dans les endroits qui nécessitent un entretien continu (par exemple, le long des routes et dans les zones à forte fréquentation comme les aires de pique-nique), le personnel effectue l’entretien de la végétation au début du printemps et souvent pendant l’été pour empêcher la croissance de l’asclépiade. De cette façon, aucun œuf ou chenille de monarque ne peut être détruit durant l’entretien de la végétation. Aucun herbicide ou insecticide n’est utilisé pour la gestion de la végétation sur les deux sites.

Nous espérons que les pratiques exemplaires de Parcs Canada en matière d’entretien de la végétation dans le lieu historique national du Fort-St. Joseph et du Canal-de-Sault Ste. Marie contribueront à favoriser la persistance des papillons monarques au Canada. Cet été, vous remarquerez peut-être de nouveaux endroits où l’on fait la promotion de l’implantation de l’asclépiade et des fleurs sauvages dans ces sites. Soyez à l’affut des œufs de monarques, des chenilles et des papillons qui profitent de ce nouvel habitat!

En tant qu’agente d’évaluation des impacts de l’unité de gestion du nord de l’Ontario, je participe à des initiatives semblables pour veiller à la préservation du patrimoine naturel et culturel du Canada dans nos sites, ainsi qu’à leur fréquentation et au plaisir éprouvé par les visiteurs. Envoyez-moi un courriel si vous avez une idée sur la façon dont nous pourrions faire davantage?

<< Au fil de l’EAU