Spécifications du poste d'éclusage

Une seule écluse avec une élévation d'eau de 2,7 mètres (8,9 pieds).

Construction du poste d'éclusage

L’entrepreneur pour ce site était William Hartwell, qui a commencé à y travailler en 1827. Il a rapidement eu des ennuis, la roche fissurée mouillée s’avérant difficile à creuser. L’été 1828 apporte la malaria et beaucoup d’ouvriers fuirent le chantier. M. Hartwell demanda à être libéré de son contrat à l’automne 1828. Il fut remplacé par un entrepreneur du nom de Stevenson qui a également démissionné. À la fin de 1829, le colonel By fit appel à la 7th Company of Royal Sappers and Miners et embaucha lui-même des centaines de travailleurs plutôt que de confier le contrat à un entrepreneur, comme cela se faisait généralement. Daniel McDonald, l’un des membres de la Company, devint le premier maître-éclusier de Newboro.

Il n’y avait pas de colonie à Newboro avant la construction du canal. L’endroit était connu sous le nom d’Isthmus, la ligne de partage des eaux entre le bassin versant de la rivière Rideau au nord et les bassins versants des rivières Gananoque et Cataraqui au sud. Cependant, au fur et à mesure que les travaux de construction de l’écluse et de la tranchée du canal avançaient, des dizaines de bâtiments en bois rond y furent bâtis pour servir de bureaux, d’ateliers et de logements aux centaines de travailleurs et à leurs familles. Le projet Newboro était une entreprise d’envergure, car il exigeait l’excavation d’un chenal artificiel d’une longueur de quelque 2 km (1,25 mille) entre le lac Upper Rideau et le lac Newboro.

Après la construction du poste d'éclusage, une petite communauté demeura sur place, et vers le milieu du siècle, les installations industrielles à Newboro comprenaient de nombreux moulins, une fonderie, des tanneries, une distillerie et une fabrique de meubles, toutes reliées aux marchés extérieurs par le canal Rideau.

En 1966, l’écluse qui était jusque-là actionnée manuellement fut convertie et dotée d’un système de commande électrique par le ministère des Transports, qui exploitait le canal Rideau à cette époque. Les portes en bois ont été remplacées par des portes en acier, qui s’ouvraient et se fermaient à l’aide de vérins hydrauliques électriques. C’est l’une des deux seules écluses à avoir été converties (la seconde étant celle de Black Rapids en 1969). La pression de l’opinion publique, désireuse de conserver le caractère patrimonial des écluses à commande manuelle, a sonné le glas du processus d’électrification.

Les structures du poste d'éclusage

Blockhaus: Le blockhaus de Newboro fut construit sur une colline au nord de l'écluse par William Tett; il fut complété en 1833. Il s'agit de l'un des cinq construits pour protéger le canal contre une attaque américaine, les autres se trouvant à Kingston Mills, à Narrows, à Burritts Rapids et à Merrickville. Il s’agit d’un bâtiment de deux étages de 0,9 m (3 pi) d'épaisseur au rez-de-chaussée et un étage en charpente. Le rez-de-chaussée devait servir de magasin d'armes et de munitions, et l'étage supérieur avait pour fonction de loger le maître éclusier, et pouvait servir de caserne si des troupes y étaient cantonnées.

Ouvrages du génie : Le pont routier actuel à Newboro fut construit en 1952, le quatrième à ce poste d'éclusage. Le premier pont ferroviaire à Newboro fut construit en 1886, remplacé en 1919 par un pont à travée en poutres d'acier qui demeura en usage jusqu'en 1953, lorsque la voie de chemin de fer fut abandonnée. Il ne subsiste aujourd'hui que les culées des deux ponts. Aujourd’hui, seules les culées en pierre du pont ferroviaire et de l’ancien pont routier subsistent dans la tranchée creusée en amont de l’écluse.