Niagara-on-the-Lake compte un nombre important de lieux, de bâtiments et de monuments historiques, qui témoignent collectivement de 250 ans d’histoire canadienne, allant des premiers colons loyalistes à la guerre de 1812 et la rébellion de 1837, ainsi que l’histoire du « Camp Niagara » durant la guerre des Boers, la Première Guerre mondiale, la Seconde Guerre mondiale, et la guerre de Corée. À titre de propriétés de la réserve militaire, tous nos lieux historiques (à l’exception de l’Île-Navy) ont servi à l’entraînement de soldats pendant la Première Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale pour le service outre-mer.

Lieu historique national du Fort-George

Le lieu historique national du Fort-George donne un aperçu de l’un des chapitres les plus marquants de l’histoire canadienne, à savoir la guerre de 1812. Le fort a servi de quartier général à la division centrale de l’Armée britannique et au major-général sir Isaac Brock. Fort-George a été détruit par l’artillerie américaine avant l’envahissement et la prise du fort par les Américains pendant sept mois, en 1813.

Lieu historique national du Champ-de-Bataille-du-Fort-George

Le lieu historique national du Champ-de-Bataille-du-Fort-George fut le lieu d’une des batailles les plus féroces et les plus importantes de la guerre de 1812. Cinq fois moins nombreux que leurs adversaires, les défenseurs britanniques ont mené une bataille de tête de plage désespérée tout en étant la cible de tirs de l’artillerie de la flotte américaine.

« Navy Hall »

Le salle maritime était un magasin et quai que les Britanniques ont commencé à établir à Fort-Niagara en 1765. Le premier complexe a plus tard servi de résidence au lieutenant-gouverneur de la Province. Il est ensuite devenu un mess et une résidence d’officiers de Fort-George. Le premier complexe a été détruit par des tirs d’artillerie en novembre 1812. L’ouvrage actuel a été bâti par l’armée britannique entre 1815 et 1817 comme partie intégrante d’une importante installation de ravitaillement militaire pour les forts britanniques dans la région supérieure des Grands Lacs. Il a été déménagé en 1863 et de nouveau en 1937.

Lieu historique national du Fort-Mississauga

La construction du fort Mississauga a commencé pendant la guerre de 1812 et s’est terminée peu de temps après la rébellion de 1837 dirigée par Mackenzie. Le fort est situé à un endroit stratégique à l’embouchure de la rivière Niagara, en face du fort Niagara, en vue de protéger le côté britannique/canadien de la frontière Niagara.

Lieu historique national du Phare-de-la-Pointe-Mississauga

Le Phare-de-la-Pointe-Mississauga est le premier phare des Grands Lacs. Il a été bâti en 1804. Pendant la bataille de Fort-George, le gardien du phare Dominick Henry et sa femme s’occupaient souvent à soigner des blessés sur le champ de bataille près du phare. Le phare a finalement été détruit pendant l’occupation de Niagara par les Américains. En 1814, les travaux de construction du fort Mississauga ont commencé à cet emplacement.

Lieu historique national de l’Île-Navy

C’est au lieu historique national de l’Île-Navy que les premières embarcations pontées britanniques destinées à naviguer dans la région supérieure des Grands Lacs ont été construites. Cet endroit ne convenait plus à la construction d’embarcations après la prise du contrôle de la rive est de la rivière Niagara par les États-Unis en vertu du traité Jay en 1796. En 1838, William Lyon Mackenzie a occupé l’île comme lieu de rassemblement d’un projet d’invasion du Canada.

Lieu historique national des Casernes-de-Butler

Le lieu historique national des Casernes-de-Butler est un complexe militaire historique composé de quatre bâtiments en bois situés en bordure du terrain communal à 1 kilomètre à l’ouest du lieu historique national du Fort-George. La construction du complexe de casernes a commencé pendant la guerre de 1812, à un endroit hors de portée des tirs américains au fort Niagara. Les bâtiments qui ont survécu sont des constructions de l’après-guerre de 1812 qui ont servi à l’armée jusque dans les années 1950.

Lieu historique national des Hauteurs-de-Queenston

Le lieu historique national des Hauteurs-de-Queenston protège le champ de bataille où une petite troupe de défenseurs britanniques a combattu une invasion par une armée américaine beaucoup plus grande à la première bataille livrée à la frontière pour le Niagara en octobre 1812. Le major général Isaac Brock et son aide de camp John Macdonell sont tous deux morts en essayant de reprendre possession des Hauteurs des mains des troupes américaines. Les deux hommes sont inhumés et commémorés dans le monument Brock, bâti à l’endroit où la bataille a atteint son point culminant et où plus de 900 soldats américains ont été faits prisonniers.