Quand un navire sombre, il devient parfois un récif artificiel. Des biologistes marins et des archéologues subaquatiques ont découvert que l’Erebus abrite divers organismes de la région, notamment des algues, des éponges et des mollusques. Dans le cadre de la future étude du Terror, un ensemble différent d’espèces pourrait très bien être découvert étant donné que le navire repose à un autre endroit, dans des eaux plus profondes, plus sombres et plus froides. L’analyse de l’écologie de ces écosystèmes artificiels fournira des renseignements importants sur ce qui influence le milieu biologique marin de l’Arctique et permettra de voir comment les organismes marins ont influencé les épaves.

Les archéologues subaquatiques ont photographié les organismes trouvés sur l’Erebus et autour de celui-ci. Ils ont prélevé des échantillons, en vue de mieux comprendre comment les écosystèmes océaniques s’adaptent. Les biologistes ont trouvé 32 espèces différentes sur l’Erebus. La plupart d’entre elles ont été retournées à la mer. Le reste sera étudié en vue de trouver des indices sur la façon dont l’océan a changé au cours des 150 dernières années.