Il y a plus de 170 ans, Sir John Franklin et son équipe ont disparu pendant qu’ils étaient à la recherche du passage du Nord-Ouest. Avec le temps, le savoir traditionnel inuit (Inuit Qaujimajatuqangit), combiné à de nouvelles connaissances et à la technologie moderne, a mené à la découverte des épaves du HMS Erebus et du HMS Terror. Aujourd’hui, il reste encore beaucoup à apprendre de l’histoire de ces épaves.

Culture inuit

Les Inuits font partie intégrante de l'histoire de Franklin et cogèrent avec Parcs Canada le lieu historique national des Épaves-du-HMS Erebus et-du-HMS Terror. Vivant sur la terre, la mer et la glace de la région de l’île du Roi-Guillaume, ils ont été les premiers témoins de l’expédition de Franklin et ils ont contribué à la recherche des navires perdus au cours des années qui ont suivies. En 2014, le savoir inuit a aidé le gouvernement du Canada et d’autres partenaires à finalement découvrir l’épave du HMS Erebus. L’emplacement du second navire a été découvert en 2016 dans le cadre d’un partenariat multilatéral. Depuis ces découvertes, les Inuits ont travaillé collaborativement avec Parcs Canada pour gérer ce lieu historique national.

Histoire

Le HMS Erebus et le HMS Terror ainsi que les 129 hommes à bord furent perdus pendant la tragique expédition de sir John Franklin en 1845, alors qu’il tentait de trouver le passage du Nord-Ouest canadien. Ces navires ont fait l’objet de recherches pendant plus de 160 ans et ont enfin été localisés en 2014 et 2016.

Ressources éducatives

La disparition de sir John Franklin et son équipage pendant leur expédition de recherche pour trouver le passage du Nord-Ouest, la culture et les connaissances inuites liées à l,expédition, ainsi que les découvertes récentes de ses navires, les HMS Erebus et Terror, nous fournissent plusieurs occasions d’apprentissage.

Archéologie

L’emplacement des épaves du HMS Erebus et du HMS Terror a été une énigme pendant plus de 150 ans, et ce, même après la disparition de sir John Franklin et de son équipage en 1846. Cependant, grâce à la combinaison efficace du savoir traditionnel inuit et de la technologie modernes, les navires ont été découverts en 2014 et 2016, reposant sur le fond marin de l’océan Arctique près de l’île du Roi-Guillaume, aussi connue sous le nom de Qikiqtaq.