En 1796, environ 600 Marrons de la Jamaïque – hommes, femmes et enfants – ont été emmenés à Halifax à bord de trois navires. En Jamaïque, ils avaient participé à des soulèvements afin que leur nation obtienne son indépendance de la Grande-Bretagne. Pour régler ce que les Britanniques considéraient comme un problème de sécurité en Jamaïque, les Marrons ont été envoyés en Nouvelle Écosse contre leur gré.

Bien que les Marrons ne soient restés que quatre ans en Nouvelle Écosse, ils y ont laissé une trace indélébile. Les hommes travaillaient à la construction des défenses de la troisième citadelle. On croit d'ailleurs que l'un des ouvrages des fortifications était appelé le « bastion des Marrons » en leur honneur. Ils ont participé à la construction de la maison du gouvernement, ont servi dans une unité de la milice, ont déboisé des espaces pour la construction de routes et ont travaillé comme manœuvres.

Les femmes et les enfants accomplissaient diverses tâches. Par exemple, ils cueillaient des fruits et des baies, et cultivaient des légumes, qu'ils vendaient au marché de Halifax.

Les Marrons ont impressionné le prince Édouard dès leur arrivée, plus particulièrement en raison de leurs connaissances militaires.

Au début, les Marrons vivaient dans des tentes et des baraquements sur le terrain de la Citadelle, et dans des granges sur la propriété du gouverneur John Wentworth. On leur a par la suite offert, dans la région de Preston, des terres qui avaient été abandonnées par les loyalistes noirs en 1792.

Les Marrons étaient insatisfaits de la qualité des terres offertes et mécontents du climat nordique et des tentatives de les convertir au christianisme. En août 1800, la plupart des Marrons ont choisi, comme de nombreux loyalistes noirs avant eux, d'immigrer pour s’établir dans la collectivité noire libre de la Sierra Leone en Afrique occidentale. On les a empêchés de retourner en Jamaïque.

Quelques Marrons, comme Sarah Colley, sont restés en Nouvelle-Écosse.

Qui étaient les marrons?
Le capitaine Leonard Parkinson
Le capitaine Leonard Parkinson

Les Marrons sont les descendants des esclaves africains qui ont pris la fuite et qui ont été emmenés en Amérique par les Espagnols, puis par les Britanniques, aux XVIe et XVIIe siècles, pour travailler dans les plantations de canne à sucre.

Les Marrons se regroupaient en communautés indépendantes, souvent dans des régions montagneuses. Au XIIX siècle, ils ont mené plusieurs « guerres des Marrons » contre les autorités coloniales britanniques en Jamaïque.

Le capitaine Cudjoe, leader des Marrons, a signé le traité avec les Britanniques en 1739, mettant ainsi fin à la première « guerre des Marrons ».