Vue du fort Anne © Parcs Canada/R. Garnett
Bienvenue au lieu historique national du Fort Anne! Nous aimerions vous donner un aperçu des magnifiques endroits que vous aurez la chance de voir lors de votre visite chez nous.
 

C’est parti!

En entrant dans le fort Anne vous traversez, à l'ouest du quartier des officiers, les terrassements et le parc. De là, vous apercevez le terrain de rassemblement, une partie des terrassements encerclant le fort, et le quartier des officiers (qui abrite le musée). Qu'aimeriez-vous visiter d'abord? Le parc ou les expositions?

 

Détail de la Tapisserie historique du Fort-Anne Détail de la Tapisserie historique du Fort-Anne

Commençons par les expositions. L'entrée principale se trouve du côté nord du bâtiment. Après avoir payé les droits d'entrée et avoir reçu une brève séance d'orientation, vous commencez la visite. La première chose que vous voyez, c'est la Tapisserie du patrimoine, et c'est impressionnant! Une centaine de bénévoles ont brodé cette oeuvre unique de 8 pi sur 18 (2,4 m sur 5,5), qui représente trois millions de petits points. Les scènes colorées de la tapisserie illustrent quatre siècles de l'histoire de la région.

En poursuivant la visite, vous aurez la chance

  • Trois vestiges archéologiques trouvés au lieu historique national du Canada de l'Établissement Melanson
    d'admirer une copie de la Charte royale de la Nouvelle-Écosse de 1621 et de recevoir plus de renseignements au sujet de l'arrivée des Écossais;
  • de voir des artefacts archéologiques du site du fort de Charles de Menou d'Aulnay et d'apprendre d'avantage au sujet de l'établissement des Français dans la région pendant les 1630's;
  • de voir des vestiges archéologiques trouvés au lieu historique national du Canada de l'Établissement Melanson et de recevoir plus de renseignements à propos des Acadiens et de leur pratique unique de cultiver les terres endiguées le long de la rivière Annapolis ( anciennement la rivière Dauphin );
  • de voir des scènes qui démontrent l'implication du peuple Mi'kmaq dans le conflit Français/Anglais pour contrôle de l'Acadie;
  • de voir une belle maquette du fort tel qu'il était en 1710, pendant l'occupation française, avant que les Anglais ne s'emparent de l'endroit; et
  • de visionner un vidéo qui explique la construction de fortifications du style Vauban.

 

 
 
 
La poudrière La poudrière
© Parcs Canada/A. Rierden

Nous allons nous promener dans le parc, lire les panneaux et voir ce qu'il y a d'intéressant...Tout autour du terrain de rassemblement, des panneaux expliquent où se trouvaient certains bâtiments, et notamment le magasin, la résidence du gouverneur, la caserne et la chapelle, lorsque le fort abritait une garnison. Le bâtiment qu'on aperçoit dans le coin sud du terrain de rassemblement, c'est la poudrière construite par les Français en 1708, et restaurée. L'intérieur est intéressant, rempli de tonneaux empilés d'un côté, et il y fait frais. C'était pour garder la poudre sèche, comme l'a expliqué l'interprète.

La poterne - l'entrée au fort La poterne
© Parcs Canada/A. Rierden

La poterne - l'entrée au fort La poterne
© Parcs Canada/A. Rierden

 


Si vous continuez la promenade le long du terrain de rassemblement en direction ouest, vous traverserez la poterne, utilisée par les Anglais pour aller dans les terres du fort. Les Français y avaient installé, auparavant, une simple barrière. Un grand nombre de photos parmi les plus populaires du quartier des officiers sont prises à travers cette porte.

Le trou noir Le trou noir
© Parcs Canada/A. Rierden

À l'extrémité du terrain de rassemblement, on aperçoit une autre construction. Baptisée le "trou noir" par le personnel, il s'agit d'une poudrière construite par les Français dans le bastion ouest, qui perdit sa fonction de poudrière après 1740 en raison de son humidité permanente, pour servir plutôt, à l'occasion, de prison par les Anglais.

Les terrassements sont sans doute ce qu'il y a de plus impressionnant au fort Anne. Ils constituent en fait le plus bel exemple de fortifications à la Vauban en Amérique du Nord. Vauban (1633-1707) était un ingénieur militaire français. Le fort est carré et flanqué d'un bastion en saillie aux quatre coins, pour assurer une protection de tous les côtés. Il est entouré d'une fossé sec, abrupt et profond, suivi d'un glacis, ou talus ouvert, en pente douce, qui entoure aussi le fort et servait, à l'origine, à prévenir toute attaque surprise de la part de l'ennemi.

Les terrassements Les terrassements
© Parcs Canada/A. Rierden

 










 



 
Deux filles se promènent sur le sentier périphérique Promenade sur le sentier périphérique
© Parcs Canada/A. Rierden

Comme nous ne disposons pas d'un hélicoptère, la meilleure façon de voir ces terrassements est encore de suivre le sentier qui fait le tour du fort. Vous pourrez ainsi vous rendre compte de la superficie du parc, et aurez, en plus, une vue imprenable sur le bassin de l'Annapolis, jusqu'à Digby, situé à une trentaine de kilomètres plus loin.

Les pierres tombales  du cimetière à Fort-Anne Les pierres tombales du cimetière à Fort-Anne
© Parcs Canada/A. Rierden

Le sentier périphérique vous conduira au cimetière à Fort-Anne. Le cimetère de la paroisse de Saint-Jean-Baptiste a servi d'abord à la communauté acadienne de même qu'à la garnison française de Port-Royal. Pendant l'occupation anglaise, il servit à la fois aux militaires et à la paroisse St. Lukes. Vous devez absolument vous promener dans le cimetière pour y admirer les pierres tombales qui ont bravé le temps; la plus ancienne date de 1720. En observant les pierres plus récentes, vous vous rendrez compte de l'évolution de l'art funéraire, depuis les représentations impressionnantes de crânes ailés, jusqu'aux anges plus communs d'aujourd'hui, en passant par les saules pleureurs.


Il est évident que vous verrez bien d'autres choses encore si vous venez au lieu historique national du Fort-Anne. Quatre cents ans d'histoire ont laissé des traces encore visibles, tant au fort qu'à Annapolis Royal.