Des enfants explorent le lieu historique national du Fort-Anne, qui est aussi le site du fort Charles Le fort Charles se trouve au même emplacement que le lieu historique national du Fort-Anne

Aujourd’hui, il ne reste plus rien du fort Charles. Du moins au-dessus du sol. Pourtant, ce lieu vous offre une fenêtre ouverte sur les premiers jours tumultueux de la civilisation européenne.

En vertu d’une charte royale, le noble Écossais Sir William Alexander, accompagné d’un groupe de 70 hommes et femmes, est débarqué pour la première fois en Nouvelle-Écosse en 1629. Ces colons ont construit un quartier général qu’ils ont nommé « fort Charles », en l’honneur de leur roi. Au cours du premier hiver, particulièrement rigoureux, 30 d’entre eux ont perdu la vie.

Mais le peuple mi’kmaq et les colons français ont revendiqué ces terres et, en 1632, les Écossais ont été contraints de céder le fort aux Français, qui ont construit ensuite quatre forts au même endroit. Le dernier fort, dont les Britanniques se sont emparés en 1710, est connu sous le nom de « fort Anne ».

Tandis que vous vous promenez près des vestiges du fort Anne avec ses structures défensives en terre, son quartier des officiers et sa poudrière, la mémoire du fort Charles subsiste. Découvrez-en un peu plus sur le fort Charles dans le musée du quartier des officiers du fort Anne.