Les tensions montent dans l’isthme de Chignectou

En septembre 1750, le major Charles Lawrence est revenu à Beaubassin, accompagné de 700 soldats. Cette fois-là, ils ont pu débarquer et construire un grand fort en bois, des maisons et des casernes sur les ruines du village.

L’année suivante, les Français ont érigé leur propre fort de l’autre côté de la rivière Mésagouèche: le fort à Beauséjour. En juin 1755, les forces britanniques et celles de la Nouvelle-Angleterre ont capturé le fort français et l’ont renommé le Fort-Cumberland.

C’est ici qu’a commencé la déportation des Acadiens en août 1755. Les Britanniques ont utilisé le Fort-Lawrence et le Fort-Cumberland pour y emprisonner les hommes et les garçons de dix ans et plus, afin d’empêcher leurs familles de fuir la région. En octobre 1755, 86 de ces prisonniers ont creusé un tunnel sous le mur du Fort-Lawrence et se sont échappés. Deux semaines plus tard, quelque 1100 Acadiens ont été expulsés d’ici vers des colonies anglo-américaines au sud.

En 1760-1761, à la suite de l’apaisement des conflits dans la région, les Britanniques et les Mi’gmaq ont renouvelé leur traité en promettant des relations pacifiques en échange des droits de chasse et de pêche. Ce traité fait partie d’une série de traités d’alliance qui sont toujours en vigueur aujourd’hui.

Ligne du temps

  • 1752

    Les Mi’gmaq de Shubenacadie négocient un traité avec les Britanniques mais le chef de Chignectou et d’autres chefs ne le signent pas.

  • 1755-1763

    Déportation des Acadiens.

  • 1756-1763

    Guerre de Sept Ans, qui aboutit à la chute de la Nouvelle-France.

  • 1760-1761

    Les Britanniques signent des traités avec neuf communautés Mi’gmaq. L’un des signataires est le chef Argiumeau, un descendant du chef de Chignectou qui a signé le traité de 1726.

  • 1760-1763

    Des Planters de la Nouvelle-Angleterre arrivent pour s’établir sur les terres laissées vacantes suite à la déportation des Acadiens.

  • 1763

    Les Acadiens sont autorisés à revenir. Certains s’établissent sur des terres en tant que locataires d’un colon britannique, à Jolicœur (Jolicure).

  • 1768

    Les Acadiens prêtent le serment d’allégeance et s’établissent à Minudie et Nappan comme locataires de J.F.W. DesBarres.

  • 1772-1775

    De 1000 à 1200 colons arrivent du Yorkshire, en Angleterre, pour s’établir dans la région.

  • 1776

    Pendant la Révolution américaine, Jonathan Eddy du Massachusetts dirige un groupe de nouveaux colons, de membres des Premières Nations et d’Acadiens dans une attaque infructueuse contre le Fort-Cumberland. Les propriétés des Acadiens sont détruites en représailles de la participation de ceux-ci à l’attaque.

  • 1833

    Le Fort-Cumberland est abandonné et ses terres sont louées à des fermiers locaux.

  • 1920

    La Commission des lieux et monuments historiques du Canada (CLMHC) crée le Lieu historique national du Fort-Beauséjour – Fort-Cumberland.

  • 1923

    La CLMHC désigne le Fort-Lawrence comme un Lieu historique national.

  • 2005

    Beaubassin est désigné comme Lieu historique national par la CLMHC.