Parcs Canada vous invite à découvrir deux lieux historiques nationaux, qui ont été des terres d’accueil pour les Mi’gmaq, les Acadiens, les Français et les Britanniques. Les événements qui se sont passés ici ont contribué à faire du Canada ce qu’il est aujourd’hui.

Les vestiges du village de Beaubassin et du Fort-Lawrence sont enfouis ici, dans le sol.

Archéologie

Les fouilles archéologiques ont permis de découvrir de nombreux trésors culturels : des objets des Premières Nations, des vestiges de maisons à Beaubassin et de bâtiments au Fort-Lawrence, des traces de jardins, de sentiers, de routes et de clôtures ainsi que divers signes de la mise à feu du village, du labourage des champs et de l’occupation du territoire.

Lieu d’accueil des Mi’gmaq et des Acadiens

La région de Beaubassin était la route la plus rapide qui reliait la partie continentale de l’actuelle Nouvelle-Écosse et du Nouveau-Brunswick. La rivière Mésagouèche et d’autres rivières liées par des portages constituaient pour les Mi’gmaq les voies de commerce et de transport dans la région. La région est devenue un lieu de passage très utile pour la Nouvelle-France car elle reliait l’Acadie à Québec et à Louisbourg.

Un village pris entre deux feux

En 1749, des soldats français sont venus de Québec pour revendiquer le territoire au nord de la rivière Mésagouèche. Au printemps 1750, les Britanniques ont répliqué en déployant des troupes d’Halifax sur la rive sud de la rivière. À leur arrivée, ils constatèrent que le village de Beaubassin, y compris l’église paroissiale Notre-Dame-de-l’Assomption et la chapelle Mi’gmaq de Sainte-Anne, avait été incendié par les Français et leurs alliés des Premières Nations. Craignant de ne pas pouvoir prendre le contrôle du village, les Britanniques ont rebroussé chemin. Les Acadiens et les Mi’gmaq de Beaubassin ont été forcés de se réfugier sur la rive nord de la rivière.

Fort-Lawrence

En septembre 1750, le major Charles Lawrence est revenu à Beaubassin, accompagné de 700 soldats. Cette fois-là, ils ont pu débarquer et construire un grand fort en bois, des maisons et des casernes sur les ruines du village.