L'Île-Sainte-Croix
L'Île-Sainte-Croix vue du Nouveau-Brunswick.

En 1797, Robert Pagan, de St. Andrews au Nouveau-Brunswick, prouve que l'île Dochet, comme s'appelle alors l'Île-Sainte-Croix, est en fait l'ancien emplacement de l'établissement du sieur de Mons.

C'est en se fondant sur cette découverte et sur diverses autres informations que la Commission de la frontière fait de la rivière Sainte-Croix la limite territoriale entre l'actuel Canada et les États-Unis. C'est d'ailleurs la première fois en Amérique du Nord qu'on a recours à des techniques archéologiques pour régler une question historique.

Pendant la Guerre de 1812, l'Île-Sainte-Croix est le point de rencontre des représentants américains et anglais, et porte, pendant quelque temps, le nom d'« Île Neutre ».

Reconnaissance

En 1958, la Commission des lieux et monuments historiques du Canada a reconnu l'importance historique nationale de l'Île-Sainte-Croix pour le Canada.

En 1984, le Congrès américain fait de l'Île-Sainte-Croix un lieu historique international afin de souligner l'importance historique de l'île tant pour les États-Unis que pour le Canada.

Aujourd'hui, la majestueuse rivière Sainte-Croix fait partie du Réseau des rivières du patrimoine canadien, et le cours de l'histoire se poursuit entre les deux pays.

Premières Nations

Des vestiges archéologiques indiquent que les Autochtones, et notamment les Passamaquoddy, se servent de l'Île-Sainte-Croix depuis environ 3000 ans. Il existe même des vestiges prouvant que les abords de la rivière sont utilisés depuis plusieurs milliers d'années. (National Park Service des É-U.)


Prochain volet : Un legs pour tous