En 1919, la Commission des lieux et monuments historiques recommande la conservation des vestiges du fort Cumberland en raison de sa valeur historique. En 1926, le gouvernement délimite un terrain d'une superficie de 59 acres qu'il désigne lieu historique national, et auquel il redonne son appellation originale de Beauséjour. Cet endroit figure ainsi sur la liste des premiers sites historiques du Canada.

C'est John Clarence Webster qui, le premier, attire l'attention du gouvernement et du public sur l'importance historique de la région Beauséjour-Cumberland. Chirurgien et gynécologue de réputation internationale, le Dr Webster se retire de la médecine en 1919 et élit domicile à Shediac, sa ville natale.

Il consacre beaucoup d'énergie à la localisation et à la restauration de divers sites historiques des Maritimes : le fort de Beauséjour, l'habitation de Port-Royal et la forteresse de Louisbourg. Il est aussi responsable de la fondation du Musée du Nouveau-Brunswick, à Saint-Jean. Auteur de nombreux ouvrages historiques sur les Maritimes, le Dr Webster est membre, de 1923 jusqu'à son décès en 1950, de la Commission des parcs et sites historiques du Canada, dont il devient président en 1944.

L'ouverture officielle du Musée du fort Beauséjour - Fort Cumberland a lieu en 1936. En 1949, on procède au dévoilement de l'aile Webster. Des centaines d'objets et d'artefacts recueillis par le Dr Webster, autant au Nouveau-Brunswick qu'en Nouvelle-Écosse, y sont conservés.

Prochain volet : Les fouilles archéologiques