Quand le fort à Beauséjour devient possession anglaise, avec son nouveau nom Fort Cumberland, les Britanniques construisent de nouvelles casernes dans l'enceinte et à l'extérieur. Les nouvelles installations peuvent recevoir jusqu'à 800 militaires, mais elles n'abritent en général qu'un détachement d'environ 200 soldats.

Les militaires britanniques saisissent tous les prétextes pour se divertir. Ainsi, en 1756, à la veille du jour de l'An, les officiers anglais font griller en plein air quantité de viandes. Ils ne manquent pas de fêter la Saint- Patrick, la Saint-Georges, la Saint- David et les anniversaires de la famille royale.

Au début des années 1760, un ingénieur britannique suggère en vain de renforcer les fortifications. D'après lui, le fort ne serait jamais défendable advenant une attaque soutenue d'artillerie. Ses observations abondent dans le même sens que celles faites auparavant par des ingénieurs français.

En 1763, la paix revenue, le fort Cumberland perd de son importance stratégique, bien que des militaires britanniques l'occupent jusqu'en 1768. En 1776, il est occupé temporairement pendant la guerre de l'Indépendance américaine par environ 275 militaires du Royal Fencible Americans, sous le commandement du colonel Joseph Goreham.