La résistance de la rivière Rouge est une séquence d’événements qui a mené à la création de la province du Manitoba.

Pendant 200 ans, la majorité de ce qui représente maintenant le Manitoba était sous l’emprise de la Compagnie de la Baie d’Hudson (CBH). La région portait le nom de Terre de Rupert et la CBH travaillait avec le gouvernement britannique pour transférer cette terre au nouveau pays du Canada. Cependant, même si les Métis étaient majoritaires dans la région à ce moment-là, ils ont été exclus du processus.

En 1869, les Métis qui vivaient dans la Colonie de la Rivière-Rouge ont bloqué ce transfert et créé un gouvernement provisoire. Ce gouvernement était principalement composé de colons métis dirigés par Louis Riel. Ils étaient déterminés à faire partie de la Confédération, et ce, à leurs propres conditions.

Pour faire comprendre la nécessité de négocier, les Métis s’étaient placés à Upper Fort Garry, tandis que la faction canadienne s’était positionnée à Lower Fort Garry. Un conflit armé a éclaté des deux côtés alors que la tension montait.

Les Métis ont solidifié leurs droits en établissant la Liste des droits, ce qui leur a permis de continuer à négocier avec le Canada et a servi de fondement à l’Acte du Manitoba. La Colonie de la Rivière-Rouge s’efforçait donc de trouver une solution constructive aux menaces découlant du plan original de transfert de la terre.

Lorsque l’agitation montait, le gouvernement provisoire de Louis Riel a établi l’Assemblée législative d’Assiniboia dans le but de négocier une entente. Grâce à la diligence collective de l’Assemblée, l’Acte du Manitoba a été adopté et la province du Manitoba est entrée dans la Confédération.