1810
Acajou, laiton, cordes et autres matériaux
Lieu historique national de Lower Fort Garry
X.68.35.1

Ce piano (autrefois appelé forte-piano ou piano-forte) est l’un des instruments que l’on avait transportés à la Terre de Rupert d’Angleterre et de l’Est du Canada et comptait aussi parmi les plus dispendieux et les plus difficiles à déplacer. Ces instruments devaient être transportés par bateau York et lorsqu’un portage s’avérait nécessaire, c’étaient les membres de l’équipage qui devaient les transporter. Posséder un piano dans les postes de traite de la Compagnie de la Baie d’Hudson des régions rurales de la Terre de Rupert symbolisait une certaine classe sociale et servait à rappeler, avec nostalgie, le mode de vie urbain cultivé des classes supérieures de l’Est du Canada et d’outre-Atlantique. Habituellement, dans la colonie de la Rivière-rouge, on ne trouvait des pianos que dans les salons des meilleurs administrateurs de la Compagnie de la Baie d’Hudson, du clergé et de certains particuliers bien nantis. Au cours du XIXe siècle, quoique les pianos étaient encore dispendieux, ceux-ci sont progressivement devenus plus accessibles à la classe moyenne en pleine expansion.

À l’instar de l’ancien gouverneur de Lower Fort Garry, George Simpson et d’autres administrateurs de la Compagnie de la Baie d’Hudson, Eden et Anne Colvile se sont fait expédier un piano d’Angleterre, en 1851. Pour un montant de 43 livres sterling, ils se sont procuré un piano en bois de rose auprès du Royal Harmonium and Piano-Forte Saloon. C’était une somme considérable compte tenu du fait que le salaire moyen d’un agriculteur s’élevait à 5 livres sterling par année. Le piano avait été expédié au fort dans une boîte de protection doublée en zinc, accompagné de 12 œuvres musicales, d’un marteau d’accordage ainsi que d’instructions pour accorder le piano. Le forte-piano qui se trouve actuellement dans le salon de la Grande maison à Lower Fort Garry n’est pas le piano original de la famille Colvile. Il s’agit toutefois d’un artéfact adapté à cette période et à ce cadre. Ce piano est un piano carré fabriqué par John Broadwood and Sons, fabricant connaissant un certain succès en raison de ses prix abordables et de la qualité de ses instruments. Le forte-piano à six pattes est fabriqué d’acajou et comporte une section en placage de bois de rose. Il comporte aussi des panneaux de laiton à décor floral et une rangée de moulures en laiton sur le devant et les côtés.

Les restaurateurs de Parcs Canada ont effectué plusieurs traitements de conservation afin de s’assurer que le piano puisse encore servir aujourd’hui. En 1984, les restaurateurs ont réparé une fissure dans la table d’harmonie, réparé les pattes auxquelles il manquait certaines pièces et qui devaient être replacées à leur position initiale, restauré le bois de placage qui avait des fentes et se soulevait; et nettoyé les décorations de laiton qui avaient terni. Après ces traitements, le piano a été entièrement frotté à la main avec de la pierre pourrie et de l’huile de coupe, puis recouvert de cire en pâte pour en protéger l’éclat magnifique.