Environ 1890
Étain plaqué en laiton sur une base en bois
Lieu historique national de Lower Fort Garry
X.68.204.10

Emplacement : Boutique

Lanterne magique en angle : l’objectif et la lentille orientés vers la gauche. Les lanternes magiques sont les premiers projecteurs de diapositives à diffuser des images individuelles. La lanterne magique servait à divertir le public bien avant l’invention de la technologie vidéo.
© Parcs Canada

La lanterne magique est l’ancêtre des appareils de projection servant à présenter des séquences d’images individuelles. Inventée au milieu du XVIIe siècle, la lanterne magique servait à divertir le public bien avant l’invention de la technologie vidéo moderne. Les appareils ont été popularisés au XVIIIe siècle ainsi qu’au début du XIXe siècle lorsqu’on projetait des images susceptibles d’effrayer le public, un genre théâtral appelé fantasmagorie. Au milieu du XIXe siècle, on employait la technologie à des fins édifiantes et éducatives, notamment pour les actualités, les histoires bibliques et les contes pour enfants. Des projectionnistes itinérants se rendaient d’un endroit à l’autre pour présenter des séances de lanterne magique dans des lieux communautaires comme des salles publiques, des églises et des maisons.

La lanterne magique qui est actuellement exposée dans la boutique à Lower Fort Garry est un modèle allemand qui date des années 1890. L’appareil qui repose sur une base de bois est muni d’une lampe à l’huile et d’un objectif équipé d’une lentille focale. Les images individuelles étaient projetées à travers la lentille lors que la lampe était allumée. Bien qu’il n’existe aucun document officiel de la compagnie attestant le transport de ces appareils sur des bateaux de la Compagnie de la Baie d’Hudson, il y a des documents relatifs à une lanterne magique à Gimli, au Manitoba, en 1878. Des projectionnistes itinérants se rendaient jusqu’à la colonie de la Rivière-rouge en se déplaçant, par exemple, par bateau à vapeur à partir d’endroits comme St. Paul. Comme le prix des lanternes et des images (diapositives) est devenu plus abordable vers le milieu des années 1800, il est possible que des employés de la Compagnie de la Baie d’Hudson aient commandé ces appareils.

Le personnel chargé des collections effectue régulièrement le nettoyage et l’inspection de la lanterne magique pour veiller à la préservation continue et à la survie de l’artéfact.