La grève générale de Winnipeg qui a eu lieu en 1919 figure parmi les grèves les plus influentes de l’histoire!

Foule rassemblée à l'extérieur de l'édifice de la Union Bank of Canada, sur la rue Main durant la grève générale de Winnipeg.
© Bibliothèque et Archives Canada/ PA-163001

Depuis de nombreuses années, le pays était aux prises avec une inflation à la hausse, de mauvais salaires et des conditions de travail exécrables. À la fin de la Première Guerre mondiale, les temps étaient très durs au Canada. Le taux de chômage démesuré avait fait naître un immense sentiment de mécontentement chez les travailleurs canadiens. La colère grimpait au Canada. Certains travailleurs revendiquaient de meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail, tandis que d’autres exigeaient des emplois.

Le 1er mai 1919, l’agitation montait et les travailleurs de la construction et de la métallurgie de Winnipeg sont entrés en grève, en quête de salaires plus élevés. En quelques semaines seulement, 30 000 travailleurs syndiqués et non syndiqués ont emboîté le pas des grévistes en guise de soutien. La ville était paralysée et ailleurs au pays, des grèves de solidarité se déclenchaient un peu partout.

Le 17 juin, le gouvernement fédéral a ordonné l’arrestation de dix dirigeants de la grève. L’un d’entre eux s’appelait Abraham Albert (AA) Heaps. Celui-ci a fini par acquérir de la notoriété à l’échelle nationale, car du point de vue historique, il est reconnu pour le rôle important qu’il a joué en tant que député ayant mis de l’avant la législation sociale au Canada.

Quatre jours après l’arrestation des dirigeants de la grève, quelque 25 000 travailleurs se sont rassemblés dans les rues du centre-ville afin de protester. Cette journée-là, surnommée le « samedi sanglant », le maire de Winnipeg a lu la Loi contre les émeutes et sollicité l’aide de La police à cheval du Nord-Ouest, qui a foncé sur la foule et frappé les grévistes à coups de bâton.

Sous le poids des forces du gouvernement et des employeurs, les grévistes ont repris le travail le 25 juin. Cette grève générale a été un événement marquant qui a engendré une vague de ressentiment et de controverse aux quatre coins du pays.

Le 7 juin 1986, Parcs Canada et la Commission des lieux et monuments historiques du Canada ont déclaré que la grève générale de Winnipeg constituait un événement historique d’importance nationale. Une plaque a été installée au 510, rue Main, près de l’avenue William à Winnipeg, au Manitoba pour commémorer cet événement historique.