Le lieu historique national du Fort-St. James est situé dans un environnement d’une beauté naturelle incroyable, qui a grandement influencé les premières expériences des commerçants de fourrures établis dans la région en 1896. En outre, les peuples autochtones ont tissé depuis fort longtemps des liens spirituels étroits avec les terres où se trouve Fort St. James. À leur première visite, les visiteurs du lieu historique seront frappés par la beauté de la nature dont a hérité la région. En voici quelques-uns des plus beaux attraits :

Le lac Stuart

Le village de Fort St. James est situé sur les rives du lac Stuart, étendue d’eau spectaculaire de 80 km de longueur au cœur du plateau intérieur de la Colombie-Britannique. Depuis des millénaires, ce lac est habité sur ses berges par des Autochtones; il est parsemé ici et là de nombreuses îles et abrite des baies rocheuses et des falaises de calcaire spectaculaires, tout juste au nord-ouest de la ville de Fort St. James. Certaines parties du lac Stuart se trouvent dans des parcs provinciaux de la région, y compris le parc provincial du Mont-Pope et le parc provincial du Lac-Rubyrock, sur son bras Nord, et bénéficient ainsi de leur protection.

Le canotage, le kayak, la navigation de plaisance et la pêche font partie des nombreuses possibilités récréatives offertes sur le lac. Chaque année, plusieurs événements d’envergure y sont organisés, y compris le tournoi de pêche Stuart Lake Fishing Derby en juillet, et les courses de traîneaux à chiens sur le lac gelé, en février. Plusieurs terrains de camping aménagés bordent les rives du lacs, et des chalets de pêche isolés accueillent les visiteurs le long de son bras Nord. Pour en savoir davantage, communiquez avec le personnel du centre d’accueil de Fort St. James, administré par la chambre de commerce locale.

La rivière Stuart

Le lac Stuart est renommé pour son incroyable beauté
Le lac Stuart est renommé pour son incroyable beauté.
© Parcs Canada

La grande rivière Stuart prend sa source dans les vastes bras du lac Stuart. Elle a été déclarée rivière patrimoniale par la province de la Colombie-Britannique en raison de son rôle important à titre de voie de transport aux tous débuts de l’histoire de la traite des fourrures. Bien qu’elle ne soit pas très longue – elle s’étend sur 110 km seulement entre l’embouchure du lac et la rivière Nechako, elle revêt une grande importance dans l’histoire de la région. Les tous premiers peuples autochtones ont pratiqué la chasse et la pêche dans les eaux de la Stuart afin de s’approvisionner en saumon, l’aliment de base à l’époque. Dirigées par Simon Fraser dès 1808, les brigades des fourrures ont souvent suivi son cours lorsqu’elles se rendaient à l’océan Pacifique en passant par Fort Langley et Fort Vancouver. Puis, à la fin des années 1800, les chercheurs d’or attirés dans la région d’Omineca ont utilisé la rivière pour transporter, à bord de leurs bateaux à aubes, des marchandises et des fournitures en provenance de Quesnel, en C.-B. Cette ville se trouvait le long du chemin des monts Cariboo, qui allait donner accès aux vastes champs aurifères situés au nord, à l’ouest et à l’est d’où se trouve aujourd’hui Fort St. James.

Parc provincial du mont Pope

Vue à partir du sommet du mont Pope
Vue à partir du sommet du mont Pope.
© Parcs Canada

Dans la langue des Porteurs, ce sentier historique porte le nom de Nak’al, qui signifie « Avec le sang et les flèches coule la rivière ». D’une longueur d’environ 6 km (2-3 heures de randonnée), le sentier gagne 791 mètres en altitude pour aboutir au sommet du mont Pope.

En 1865, lorsqu’il se vit assigner la tâche d’installer une ligne télégraphique qui relierait l’Amérique à la Sibérie, le major Franklin Pope fut escorté jusqu’au sommet de la montagne par le fils de Peter Ogden. À mi-chemin, il fit savoir à son guide qu’il désirait poursuivre sa route seul. Lorsqu’il atteignit le sommet, il décida d’y passer la nuit. Le nom de Pope fut donné à la montagne par les résidents des environs à la suite de cette excursion.

Né à Great Barrington, au Massachusetts (États-Unis) le 2 décembre 1840, Franklin Leonard Pope fut le mentor de Thomas Edison. Télégraphe, ingénieur électrique, explorateur, inventeur et procureur de brevets, il contribua de façon notable aux progrès technologiques du XIXe siècle. Le 13 octobre 1895, il mourut à l'âge de 55 ans d’une électrocution accidentelle dans le sous-sol de sa maison de Great Barrington.

Résidants du milieu aquatique de Fort St. James

Les eaux calmes et séculaires du lac Stuart abritent une espèce de poisson fascinante, l’esturgeon blanc de la rivière Nechako, qui est en voie de disparition au Canada. Mystérieux et méconnu dès les tous débuts de la traite des fourrures, l’esturgeon bénéficie aujourd’hui d’une protection complète et fait maintenant l’objet de mesures de rétablissement dans la région. Alors que les réseaux hydrographiques des rivières Nechako et Stuart en comptaient des milliers auparavant, les populations actuelles d’esturgeons blancs ne totalisent que quelques centaines d’individus de nos jours.