Les archéologues et les historiens de Parcs Canada travaillent ensemble. Ils utilisent la configuration du terrain, des artefacts, des registres, des lettres, des récits oraux, etc., pour reconstituer le passé de Rocky Mountain House. L’histoire évolue constamment; de nombreux mystères ne sont pas encore résolus.

Chaque lieu historique national du Canada est doté d’un énoncé des objectifs de commémoration expliquant pourquoi le lieu revêt une importance nationale.

« Rocky Mountain House est d’importance historique nationale à cause du rôle qu’il joue dans l’histoire du commerce des fourrures; de son association avec David Thompson et de l’exploration des territoires vers l’ouest; de même que de ses relations avec les Pieds Noirs (Nitsitapii), particulièrement les Piégans (Piikani). »

Deux compagnies de traite des fourrures

La Compagnie du Nord Ouest et la Compagnie de la Baie d’Hudson établissent des postes de traite des fourrures à Rocky Mountain House en 1799. Les deux compagnies se livrent concurrence et construisent des postes les uns à côté des autres le long de la rivière Saskatchewan Nord, un peu comme ces chaînes de restauration rapide près des autoroutes de nos jours. 


© Scott Munn / Parcs Canada

Les postes de traite des fourrures à Rocky Mountain House sont petits et isolés. Ce n’est pas le domaine des officiers et des gentlemen, mais celui de la famille de traiteurs au travail. La presse à fourrures, les capotes, les couvertures à points et le pemmican font partie de la vie quotidienne. Ces postes ont une structure en bois particulière.

Les deux compagnies apportent entre autres choses des biens étrangers comme du thé, des armes à feu, de la poudre, des haches, des perles de verre et des casseroles de cuivre. Elles échangent ces articles contre la fourrure et la nourriture que leur remettent les Autochtones.

Les deux compagnies se livrent une guerre commerciale pendant de nombreuses années, jusqu’à ce qu’elles unissent leurs forces en 1821 pour devenir la Compagnie de la Baie d’Hudson; toutefois, elles conservent le nom de poste Rocky Mountain House, de la Compagnie du Nord Ouest.

Le commerce se pratiquait à Rocky Mountain House depuis 76 ans. De nombreuses personnes célèbres visitent ce poste ou y vivent durant cette période :

  • l’artiste Paul Kane;
  • le capitaine John Palliser, de l’expédition Palliser;
  • le commerçant de fourrures et chroniqueur Alexander Henry (le Jeune); 
  • Charlotte Small, épouse de David Thompson; 
  • Sir George Simpson, surintendant général de la Compagnie de la Baie d’Hudson.

Le commerce autochtone à Rocky Mountain House


© Scott Munn / Parcs Canada

Le commerce était pratiqué sur le continent bien avant l’arrivée des Européens. Les Premières nations des plaines de l’Amérique du Nord disposaient d’un vaste réseau commercial qui s’étendait au nord, au sud, à l’est et à l’ouest. Le commerce faisait partie de leur mode de vie. 


Huit Premières nations et les Métis échangeaient des fourrures et du pemmican à Rocky Mountain House. Certaines nations étaient amies, d’autres, rivales. Les compagnies de traite des fourrures ne comprenaient pas toujours les relations entre les Premières nations. Les Premières nations qui échangeaient avec Rocky Mountain House étaient les suivantes :

  • Ktunaxa (Kootenay, Kootenai, Kutenai)
  • Piikani (Piégan)
  • Kainai (Blood)
  • Siksika (Pieds Noirs)
  • Tsuu T'ina (Sarsi, Sarcee)
  • Atsina (Gros Ventre, Fall, Waterfall, Rock, Big Belly, A’aninen) 
  • Nakoda (Assiniboine, Stoney)
  • Nehiyawak (Cri, Cree)

Les deux compagnies espèrent d’abord que les Ktunaxa (Kootenay) franchissent les montagnes pour faire du commerce. Le poste jouera plus tard un grand rôle dans le commerce avec les Piikani. Souvent, des membres d’une Première nation échangent des biens d’une des compagnies avec une autre Première nation et réalisent ainsi un profit. C’est là le rôle des intermédiaires autochtones dans la traite des fourrures.

De nombreuses femmes des Premières nations épousent des Européens des compagnies. Leurs enfants sont des Métis, c’est à dire qu’ils proviennent des deux cultures. De nombreux hommes de la Compagnie à Rocky Mountain House sont Métis. Dans cette région, beaucoup d’autres Métis deviennent des commerçants libres : ils ne font partie ni d’une compagnie ni d’une Première nation. Certains Métis retournent sur les terres de leurs ancêtres des Premières nations. Au fil du temps, une nation métisse se forme.

Venez boire du thé et manger du pain bannock avec nos interprètes métis dans la tente des trappeurs. Vous pourrez essayer de gratter une peau de bison, de faire du pemmican ou de revêtir une capote. Petits et grands apprécieront les jeux traditionnels des Métis.


David Thompson et l’exploration de l’ouest

David Thompson travaille au poste Rocky Mountain House de la Compagnie du Nord Ouest, qui lui sert de camp pour ses expéditions dans les montagnes Rocheuses. Les guides des Premières nations aident Thompson à trouver son chemin. Cet explorateur crée deux routes de traite des fourrures qui traversent les Rocheuses.

La première passe par le col Howse. La Compagnie du Nord Ouest utilise ce col pour bâtir un poste dans le territoire Ktunaxa. Les Nitsitapii (Pieds Noirs) empêchent Thompson et sa brigade d’utiliser le col Howse, car ils sont furieux contre la Compagnie du Nord Ouest, qui a fourni des fusils aux Ktunaxa. 

Étant donné que Thompson veut faire du commerce tant avec les Ktunaxa qu’avec les Nitsitapii, il doit trouver une route qui passe par les Rocheuses, mais qui contourne le territoire Nitsitapii par le nord. À partir de ce moment, les commerçants de la Compagnie empruntent le col Athabasca.

Charlotte Small épouse David Thompson en 1799. Leur première enfant, Fanny, naît à Rocky Mountain House en 1801. Charlotte et David auront 13 enfants et ils resteront mariés jusqu’à la fin de leurs jours. David meurt en 1857 et Charlotte le rejoint à peine trois mois plus tard.

David Thompson est le plus grand cartographe du Canada. Il cartographie 3,9 millions de kilomètres carrés de notre continent au cours de sa vie. Ses cartes contribueront à jeter les bases de notre pays.

Quand vous visitez notre lieu, vous suives les traces de David Thompson. Vous aussi pouvez rire et chanter en compagnie des autres tandis qu’ils célèbrent la vie et les tribulations de cet homme étonnant à la pièce de théâtre de marionnettes - David Thompson. Cette spectacle divertissante s’adresse aux visiteurs de tous les âges et relate les exploits de David Thompson, commerçant de fourrures, cartographe, arpenteur et explorateur. Présentation de la Confluence Heritage Society pendant la saison estivale.