graphique de programme sur le dendroctone du pin

Il fait de plus en plus chaud ici! Climat, incendies et scolytes dans le parc national Jasper

Zoom sur la région de Jasper dans la carte des parcs des montagnes; mise en évidence de la rivière Smoky, du bassin de la rivière Holmes, du bassin hydrographique e la Miette et du col Bess

 

Résumé de la situation des scolytes à Jasper : 

  • En 2002, les scolytes sont apparus dans le bassin de la Miette, près de l’entrée Ouest.

Que se passe-t-il lorsque des décennies de réchauffement général sont combinées à la suppression des incendies dans le parc national Jasper? En 1999, le relevé annuel des insectes et des maladies a permis de mettre pour la première fois en évidence la présence de dendroctones du pin dans la vallée de la rivière Smoky. Bien que les dendroctones du pin soient connus pour occuper les zones de basse altitude du parc, les scolytes présents dans la région de la rivière Smoky proviennent probablement d’une flambée sur le côté britanno-colombien du col Bess. Dans le passé, Jasper s’est avéré trop froid pour que les dendroctones du pin puissent y survivre. Des études récentes ont cependant montré que la tendance au réchauffement entamée depuis quelques dizaines d’années a permis aux coléoptères de migrer vers des zones plus élevées et plus septentrionales où l’hiver était autrefois trop froid pour qu’ils puissent y survivre. Ce phénomène, combiné à l’absence d’incendies dans le parc, a préparé le terrain pour les flambées de scolytes.


Dr. Allan Carroll

Dr Allan Carroll explique jusqu’où les dendroctones du pin pourraient se propager.

Traduction française d'une interview avec un scientifique du Service canadien des forêts

« On assiste aujourd’hui à une épizootie de dendroctones du pin dans pratiquement tout l’Ouest du Canada. En fait, le scolyte est présent sur d’immenses surfaces boisées du Centre de la Colombie-Britannique et c’est en observant cette flambée que nous avons remarqué que le scolyte est maintenant présent dans des régions plus élevées ou plus septentrionales qu’auparavant. Ces régions étaient jusqu’à présent trop froides pour les dendroctones du pin. C’est pourquoi nous nous demandons si les changements climatiques ont modifié la quantité de bois auquel les scolytes peuvent avoir accès et si ces derniers ont effectivement envahi les nouvelles régions. C’est le stade où en sont mes travaux de recherche. Nous évaluons présentement la situation à l’aide de nos modèles qui confirment nos hypothèses, c’est-à-dire que le climat a bel et bien changé mais aussi que les conditions sont bel et bien plus favorables pour les dendroctones du pin qui ont migré en conséquence, ce qui prouve que ces coléoptères sont capables de répondre très rapidement à des changements de conditions puisque cette évolution a pris place au cours des trente dernières années. Le climat devant, suivant les prévisions, continuer à se réchauffer, nous prévoyons que les scolytes vont continuer à en profiter et à se propager sur de grandes distances ».

 

Deux photos du même secteur le long de la rivière Athabasca, près des Palisades, dans le parc national Jasper. Une photo a été prise en 1915, l’autre en 2000. Sur la photo de 2000, on distingue un nombre beaucoup plus important de pins matures.
Secteur le long de la rivière Athabasca, près des Palisades, dans le parc national Jasper.
© M.P. Bridgland, 1915

 

Deux photos du même secteur le long de la rivière Athabasca, près des Palisades, dans le parc national Jasper. Une photo a été prise en 1915, l’autre en 2000. Sur la photo de 2000, on distingue un nombre beaucoup plus important de pins matures.
En l’absence d’incendie, les pins deviennent dominants sur une période de 84 années.
© J.M. Rhemutulla and E.S. Higgs, University of Alberta, 2000 

 

La population de dendroctones du pin dans la vallée de la rivière Smoky a aujourd’hui du mal à survivre à cause du niveau élevé de la mortalité en hiver résultant de la prédation par les pics et des basses températures. On n’a pas pu mettre en évidence de nouveaux arrivages de scolytes depuis 1999. Les petites populations locales de scolytes dans la vallée de la rivière Smoky devraient subsister sur des arbres isolés ou sur de petits groupes d’arbres en mauvaise santé. La faible résistance de nombreux arbres dans le secteur fait qu’une petite population de scolytes pourra sûrement survivre pendant un certain nombre d’années.

Les populations de dendroctones du pin du parc national Jasper ne sont pas toutes en déclin. En 2002, des dendroctones du pin ont été observés le long de la route 16, dans le bassin hydrographique de la rivière Miette. La forêt de la rivière Miette offre des conditions parfaites pour une flambée de scolytes, les pentes inférieures et le fond de la vallée étant couverts de pins malades, stressés par la sécheresse ou trop matures.

Pour prendre connaissance des outils que les gestionnaires des parcs des montagnes utilisent pour gérer les dendroctones du pin, cliquez ici.


Qu’est-ce qu’un hectare?
1 hectare = 100 m x 100 m
1 hectare = 2,47 acres
1 hectare = approximativement 2 terrains de football (côte à côte)
100 hectares = 1 kilomètre carré