4. Problématique et orientations

4.2 Les orientations

4.2.5 La fréquentation et l’utilisation du site

Les facteurs d’influence

Les services à la navigation de plaisance

Le canal actuel offre l’opportunité d’une halte sécuritaire pour le plaisancier grâce à la disponibilité de l’éclusage et de l’amarrage de jour ou de nuit. L’escale à Sainte-Anne s’as-socie à la disponibilité d’activités recherchées par les plaisanciers. Les services liés à l’amarrage de jour ou de nuit sont toutefois limités à l’ancrage au quai, à l’accès aux installations sanitaires et aux activités récréatives et ne comprennent pas de services connexes, comme l’eau, l’électricité ou l’accès à des douches.

Les activités et services aux visiteurs

Sur les propriétés de Parcs Canada, les activités demeurent essentiellement récréatives et reliées à la période estivale. Le haut niveau de services offert à l’ensemble de la clientèle tient essentiellement au fait que le site jouxte le centre-ville.

L’éclusage des bateaux constitue une activité divertissante pour les visiteurs. Ceux qui ne possèdent pas d’embarcation peuvent effectuer une croisière sur les bassins limitrophes ou sur la rivière des Outaouais et vivre à leur tour l’expérience de l’éclusage.

Les clientèles potentielles

En ce qui a trait à la navigation de plaisance, les principaux marchés potentiels demeurent les plaisanciers québécois et au premier chef, ceux qui sont propriétaires d’une embarcation dans la région de Montréal. Les autres marchés sont constitués par les plaisanciers en provenance des autres régions du Québec, des plaisanciers américains provenant surtout des régions de New York et de la Nouvelle-Angleterre et enfin, des plaisanciers du sud-est de l’Ontario.

Le canal de Sainte-Anne jouit d’une position stratégique de carrefour, assurant la communication entre deux bassins de plaisance d’importance (les lacs des Deux-Montagnes et Saint-Louis), entre Montréal et Kingston, et entre la voie navigable du Saint-Laurent, l’Outaouais et les voies navigables de Trent Severn et des Grands Lacs, par le canal Rideau et le canal de Carillon.

La valorisation et la promotion du circuit des canaux historiques de l’Est canadien et le développement de la notoriété de ce réseau représentent un potentiel d’attraction auprès des plaisanciers québécois et de ceux de l’ex-térieur du Québec. Toutefois, les plaisanciers font face à diverses contraintes, dont le passage par les écluses de la voie maritime du Saint-Laurent, occupées par un important trafic marchand. À cet égard, la réouverture récente du canal de Lachine à la navigation de plaisance devrait faciliter le transit entre l’axe du Richelieu et l’axe de l’Outaouais. L’of-fre de croisières et d’excursions thématiques de même que la location d’embarcations représentent par ailleurs certains marchés potentiels.

En ce qui concerne l’affluence sur les berges du canal, les principaux potentiels de marché s’appliquent aux résidents et aux touristes en visite dans la région de Montréal. Par ailleurs, le canal de Sainte-Anne dispose d’une excellente desserte routière du fait de la proximité des grands axes autoroutiers. Sa localisation à l’extrémité ouest de l’île de Montréal lui permet également de profiter des bassins de population des MRC de Vaudreuil-Soulanges, des Deux-Montagnes et de la région de Châteauguay-Valleyfield.

Malgré la proximité de l’important bassin montréalais de touristes et de résidents, cette clientèle demeure difficile à rejoindre devant l’étendue et la diversité des attraits disponibles dans la grande région de Montréal. Le circuit touristique qui relie les principaux at-traits de l’ouest de l’île, pourrait contribuer à renforcer leur visibilité et leur pouvoir d’attrac-tion auprès de cette clientèle. Le tourisme culturel ou patrimonial, axé sur l’expérience de découverte, s’avère également porteur d’avenir, apte à stimuler des flux touristiques, à intéresser des clientèles et à générer des retombées économiques.

Les orientations

  • Susciter l’accroissement et le renouvellement des clientèles en rééquilibrant les dimensions récréatives et patrimoniales, en maintenant l’intérêt et le sentiment d’appartenance des clientèles actuelles et en offrant aux usagers des services de haute qualité, tout en tenant compte de la capacité d’accueil du site.
  • Consolider la présence du canal de Sainte-Anne-de-Bellevue au sein du circuit touristique de l’ouest de l’île.
  • En collaboration avec des partenaires, développer de nouveaux produits à « saveur patrimoniale » reliés, notamment, à l’histoire du canal et de la voie navigable de l’Outaouais.
  • Parfaire le rôle des éclusiers en matière d’accueil et d’information à caractère patrimonial destinée aux plaisanciers.
  • Accroître la notoriété du réseau des canaux historiques de l’Est canadien auprès des plaisanciers québécois et des plaisanciers hors Québec.

< Page précédente  | Table des matières  | Page suivante  >