Nota :  Il ne s’agit pas ici de répertorier une à une les ressources culturelles du réseau, car elles sont trop nombreuses. Il existe par ailleurs un inventaire des ressources in situ et du niveau de gestion des ressources culturelles qui les caractérise.

Les ressources in situ directement rattachées à la commémoration du canal Rideau, qui symbolisent ou représentent l’importance nationale de l’endroit, sont considérées comme étant des ressources culturelles de niveau 1. Ces ressources sont situées sur les terrains de réserve du canal et comprennent les ouvrages de génie civil, les bâtiments, les paysages des postes d’éclusage et les sites archéologiques subaquatiques et terrestres.

6.1 Ouvrages de génie civil

Lors de l’évaluation, 40 des 47 écluses du canal Rideau ont été définies comme des ressources culturelles de niveau 1. (Nota : Les écluses ne comprennent pas les portes d’écluse qui sont de simples reproductions.)

Des quelque 45 barrages, déversoirs et digues situés le long du tracé d’origine du canal Rideau, 18 ont été définis comme ressources culturelles de niveau 1. Au fil des ans, on a perdu de vue la forme et la fonction d’origine de plusieurs déversoirs et digues en raison de débordements ou de remplissages; le cas le plus remarquable est celui du barrage en encoffrement de Hogs Back. Du point de vue technique, ces ressources sont maintenant considérées comme ressources archéologiques, mais elles sont mentionnées ici, car elles font toujours partie du réseau opérationnel.

L’équipe d’évaluation a reconnu que de nombreux barrages et écluses avaient subi des travaux de réparation et de reconstruction, notamment avec le recours à des matériaux nouveaux en plus ou moins grande quantité, pendant leur cycle d’exploitation au cours des 160 dernières années. Cependant, le document d’évaluation n’a pas tenté d’établir une proportion minimale de matériaux d’origine. Si l’ouvrage conserve des éléments essentiels de ses matériaux d’origine, c’est-à-dire qu’il s’agit de matériaux intégrés à l’ouvrage et non d’une simple façade, on considère qu’il s’agit d’une structure d’origine. Au contraire, lorsqu’il y a eu emploi de nouveaux matériaux uniquement, ou d’une partie seulement du matériau initial pour la reconstruction d’écluses et de barrages, ces ouvrages ne sont pas considérés comme des structures d’origine. Les écluses de Lower Brewers (45), de Davis (38), les écluses d’Ottawa nos 1 à 5 ainsi que l’écluse hydraulique de Smiths Falls (29a) entrent dans cette dernière catégorie.

6.1.1 Les ouvrages de génie civil de niveau 1 ont une grande valeur pour les raisons suivantes :
  • ils sont directement liés à la construction d’origine;
  • ils rehaussent le cadre historique exceptionnel du réseau;
  • ils jouent un rôle essentiel dans le réseau navigable actuel (à l’exception du groupe des écluses nos 29, 30 et 31 de Smiths Falls);
  • certaines de leurs caractéristiques physiques telles que la forme, les matériaux et le fonctionnement ont survécu;
  • ils sont actionnés à l’aide de dispositifs manuels (à l’exception des écluses de Newboro et de Black Rapids et de l’écluse combinée de Smiths Falls);
  • ils contribuent à faire connaître les techniques de construction et de génie civil utilisées au début du XIXe siècle.

Il convient de noter l’importance et la valeur historique que revêtent les barrages-voûtes en pierre de Long Island et de Jones Falls. Il s’agit des deux plus importantes structures de ce type du réseau, et des cinq barrages d’origine, ce sont les deux seuls que l’on peut voir complètement. Le barrage de Jones Falls est le premier véritable barrage de maçonnerie en forme d’arche construit en Amérique du Nord, et à la fin de sa construction, il était l’un des plus grands barrages-voûtes en pierre au monde.

6.1.2 Les ouvrages de génie civil de niveau 1 ne seront ni altérés ni menacés tant que :
  • ils seront maintenus en état de marche (à l’exception du groupe des écluses nos 29, 30 et 31 de Smiths Falls);
  • un programme de surveillance et d’entretien sera mis en place dans le cadre du projet de conservation et d’exploitation du canal;
  • le mode de fonctionnement manuel actuel sera maintenu;
  • les matériaux d’origine, leur masse et leur forme seront préservés et entretenus par une équipe d’experts professionnels et techniques, conformément à la Politique sur la gestion des ressources culturelles;
  • toutes les modifications, réparations et/ou interventions seront répertoriées;
  • le modèle et les matériaux actuels de la porte et du mécanisme d’ouverture du robinet-vanne seront conservés (sauf pour les écluses de Newboro et de Black Rapids et l’écluse combinée de Smiths Falls);
  • le modèle et les matériaux actuels des portes d’écluses seront conservés (sauf pour les écluses de Newboro et de Black Rapids et l’écluse combinée de Smiths Falls);
  • leurs valeurs historiques seront bien expliquées au public.

6.2 Bâtiments

Au total, 18 bâtiments, dont le lieu historique national du Canada du Blockhaus-de-Merrickville, constituent des ressources culturelles de niveau 1, car on considère qu’ils représentent ou symbolisent l’importance nationale du lieu, et parce qu’ils figurent dans les recommandations de la Commission. Il s’agit des douze résidences fortifiées de maîtres éclusiers et de quatre blockhaus, y compris le blockhaus de Merrickville. Par ailleurs, la forge de Jones Falls et le magasin de l’intendance du poste d’éclusage d’Ottawa sont des ressources de niveau 1, car ils sont directement liés à la valeur commémorative du lieu.

Plusieurs bâtiments ont subi d’importantes modifications au fil des ans; des travaux récents de reconstruction et de rénovation ont notamment été réalisés. Sept résidences de maîtres éclusiers ont subi des transformations au cours de l’histoire. Bien que consciente de cet état de fait, l’équipe d’évaluation considère que tous ces bâtiments ont conservé suffisamment d’éléments d’origine pour être considérés comme étant des ressources culturelles de niveau 1.

6.2.1 Les bâtiments de niveau 1 ont une grande valeur, car :
  • ils sont directement liés à la construction, à l’exploitation et à l’entretien du canal durant la période militaire;
  • ils sont directement associés à la défense du Canada au temps de la colonie;
  • ils possèdent des caractéristiques physiques qui témoignent de l’utilisation initiale du canal;
  • ils ont des qualités relatives à la conception fonctionnelle du canal;
  • ils ont conservé des caractéristiques physiques du point de vue de la forme et de la matière;
  • ils rehaussent le cadre historique exceptionnel du réseau de canaux;
  • ils contribuent au caractère historique des postes d’éclusage.
6.2.2 Les bâtiments de niveau 1 ne seront ni altérés ni menacés tant que :
  • leur caractère historique sera préservé conformément à la Politique sur la gestion des ressources culturelles et au Code de pratique du BEEFP;
  • leur environnement patrimonial sera préservé conformément à la Politique sur la gestion des ressources culturelles;
  • tous les ajouts, réparations ou interventions continueront à être répertoriés;
  • un programme de surveillance et d’entretien régulier sera mis en place dans le cadre d’un projet de conservation du canal;
  • les caractéristiques relatives aux matériaux, à la forme et au fonctionnement seront préservées;
  • leur visibilité, à l’intérieur et à proximité du lieu historique, sera maintenue ou accrue grâce à une gestion appropriée de la végétation;
  • leurs valeurs historiques seront bien expliquées au public.

6.3 Les paysages des postes d’éclusage

Les paysages des postes d’éclusage sont des ressources fondamentales du réseau et font partie intégrante du cadre historique exceptionnel du canal Rideau. Ces paysages ont été évalués en fonction de divers critères : maintien des régimes de circulation historiques, inter relations spatiales entre les bâtiments, ouvrages de génie civil, espaces ouverts et autres caractéristiques de paysage, et l’effet global de nouveaux éléments ajoutés aux postes d’éclusage ou à proximité. Les 22 postes d’éclusage ont été désignés    « paysages d’importance nationale » et sont des ressources de niveau 1 depuis la recommandation de 1967 de la CLMHC .

6.3.1 Les paysages des postes d’éclusage de niveau 1 ont une grande valeur, car ils :
  • sont associés et liés concrètement à la construction et à l’exploitation antérieure du canal;
  • rehaussent le cadre historique exceptionnel du réseau de canaux;
  • représentent un lien visuel et historique entre les différentes localités patrimoniales qui longent le canal : Chaffeys Lock, Newboro, Merrickville, Burritts Rapids et Ottawa;
  • servent de point de repère et de fil conducteur le long du réseau;
  • ont gardé le même aspect historique et la même configuration, y compris les espaces ouverts et les modes de circulation;
  • assurent une continuité du cadre et de l’environnement patrimonial pour les bâtiments des postes d’éclusage et les ouvrages de génie civil.
6.3.2 Les paysages des postes d’éclusage de niveau 1 ne seront ni altérés ni menacés tant que :
  • la disposition historique des types de paysages, y compris les espaces ouverts et les régimes de circulation, seront préservés;
  • les panoramas historiques et leurs liens visuels avec les paysages environnants seront sauvegardés par la stimulation de l’intérêt et la coopération avec les municipalités, les autres paliers de gouvernement, les propriétaires privés et les divers partenaires;
  • les panoramas historiques dans les limites des postes d’éclusage seront préservés ou mis en valeur par une gestion opportune de la végétation;
  • l’ajout proposé de nouveaux éléments dans le paysage (panneaux de signalisation, stationnements, installations commerciales, végétation, bâtiments, poteaux électriques, etc.) sera examiné conformément aux principes de la Politique sur la gestion des ressources culturelles, dans le but de préserver l’aménagement historique, les types de paysage et les panoramas des postes d’éclusage;
  • le bien-fondé des nouvelles activités ou utilisations proposées pour les postes d’éclusage sera évalué conformément à la Politique sur la gestion des ressources culturelles;
  • leurs valeurs historiques seront bien expliquées au public.

6.4 Sites archéologiques

Il n’existe aucun inventaire exhaustif des sites archéologiques terrestres ou subaquatiques de niveau 1 ayant une importance nationale le long du canal Rideau. La stratégie d’évaluation est de considérer tous les sites archéologiques de l’époque de la construction du canal et de la période militaire comme étant des ressources culturelles de niveau 1.

Voici des exemples de sites archéologiques connus et d’importance nationale :

  • les ruines du bâtiment des ingénieurs, les vestiges des fours à chaux, les vestiges du pont des Sapeurs et la forge; tous ces sites se trouvent aux écluses d’Ottawa;
  • le barrage d’origine de Merrickville (site subaquatique);
  • le baraquement de Newboro;
  • les vestiges du pont submergé au barrage de Jones Falls (site subaquatique);
  • les vestiges du poste de garde de Jones Falls;
  • les vestiges du poste de garde de Morton Dam.

Nota : Certains sites archéologiques directement liés à la construction du canal et au début de son exploitation sont situés à l’extérieur des terrains de réserve du canal et en dehors de l’endroit désigné. Pour la plupart des vestiges connus, il s’agit d’anciennes carrières d’où était extraite la pierre employée dans la construction du canal. En raison de leur localisation, ces sites ne sont pas inclus dans le relevé des ressources culturelles, mais on en fait ici mention en raison de leur valeur dans l’histoire du canal. Il faut signaler en particulier les anciennes carrières suivantes : près du village d’Elgin, dans le premier rang, la carrière de Clowes, située sur la rive sud de la rivière Rideau, près du poste d’éclusage de Clowes, et la carrière de Hogs Back, dans le parc Vincent-Massey à Ottawa.

6.4.1 Les sites archéologiques de niveau 1 ont une grande valeur, car ils :
  • sont associés à la construction du canal;
  • sont liés à la vocation militaire du canal;
  • renferment des éléments physiques en place.
6.4.2 Les sites archéologiques de niveau 1 ne seront ni altérés ni menacés tant que :
  • des dossiers des inventaires et des évaluations des sites le long du canal seront élaborés et mis à jour;
  • les sites archéologiques connus et situés sur les terrains de réserve du canal seront surveillés et protégés conformément aux principes de la Politique sur la gestion des ressources culturelles et des Lignes directrices sur la gestion des ressources archéologiques du Service canadien des parcs;
  • les ressources subaquatiques seront sauvegardées grâce à la stimulation de l’intérêt et à une coopération avec les municipalités et les autres paliers de gouvernement, les propriétaires privés et divers partenaires;
  • tous les projets opérationnels nécessitant des travaux sur les sols (dont la plantation de nouveaux végétaux) sur les terrains de réserve du canal seront examinés de manière à déterminer les effets potentiels sur les ressources;
  • tous les projets opérationnels nécessitant des interventions subaquatiques seront examinés de manière à déterminer les effets potentiels sur les ressources;
  • les valeurs historiques seront bien expliquées au public pour assurer la sécurité des ressources, s’il y a lieu.

Page précédente | Index | Page suivante