Rapport d'étape sur la mise en oeuvre des recommandations de la Commission sur l'intégrité écologique des parcs nationaux du Canada


Chapitre 5 : La nécessité de la gestion active et de la restauration
Recommandation de la Commission Considérations Mesures
(5-7) Nous recommandons aussi que Parcs Canada améliore la gestion des espèces exotiques en travaillant de concert avec des spécialistes locaux, des musées, des universités et d'autres ministères, afin de surveiller la propagation de nouvelles espèces. En outre, une meilleure gestion des espèces exotiques découlera de la mise en oeuvre des recommandations présentées au chapitre 12 au sujet de l'élimination des espèces végétales non indigènes dans les parcs. Afin d'assurer le soutien du grand public en vue de l'élimination des espèces végétales exotiques des parcs nationaux, nous recommandons que Parcs Canada conçoive et mette en oeuvre des programmes d'interprétation ainsi que d'autres instruments d'information, tel que recommandé au chapitre 10 Parcs Canada participe actuellement à l'élaboration d'une stratégie fédérale-provinciale-industrielle sur les espèces exotiques dirigée par le Service canadien des forêts. EN COURS – FINANCEMENT. La stratégie de Parcs Canada sur les espèces exotiques prévoit sa participation à des initiatives mixtes, le contrôle et l'élimination des espèces exotiques dans les parcs nationaux et des communications avec le public. L'étendue et le choix du moment de la mise en oeuvre de la stratégie sont sujets à la disponibilité de nouveaux fonds.

(5-8) Nous recommandons que Parcs Canada adopte des lignes directrices concernant la gestion de toutes les espèces faisant l'objet d'activités de prélèvement dans un parc. Nous recommandons également d'interdire toute récolte, à moins que ces directives ne soient respectées. De plus, les activités de récolte, qui sont sous l'autorité de Parcs Canada mais qui ne respectent pas ces directives, doivent cesser. Bien que certains régimes de prélèvement à l'intérieur des limites de certains parcs nationaux ne soient pas de sa juridiction, Parcs Canada pourrait tout de même faire connaître et soutenir clairement sa position dans de telles situations.

Nous recommandons l'adoption des principes suivants pour établir les lignes directrices en question...

Quand la récolte est permise dans les parcs nationaux, les données des parcs sur les espèces récoltables sont incohérentes et inadéquates. EN COURS – FINANCEMENT. Lorsque la récolte est permise en vertu des nouvelles ententes sur la création d'un parc ou d'un droit autochtone ou conféré par traité existant, Parcs Canada va établir des lignes directrices (ou militer en faveur de telles lignes directrices) pour des régimes de récolte écologiquement viables. L'étendue et le choix du moment de la mise en oeuvre de ces lignes directrices sont sujets à la disponibilité de nouveaux fonds.
(5-9) Nous recommandons que Parcs Canada confirme le rôle du contrôle des espèces surabondantes dans les parcs nationaux au moyen d'une gestion active visant à maintenir ou à restaurer l'intégrité écologique, lorsque les conditions suivantes sont respectées... Les lois, les politiques et les processus de planification existants prévoient le contrôle des espèces surabondantes. EN COURS – FINANCEMENT. Une directive nationale sur le contrôle des espèces surabondantes a été approuvée et est en vigueur. L'étendue et le choix du moment de la mise en oeuvre de la directive sont sujets à la disponibilité de nouveaux fonds.


Page précédente | Index