Rapport d'étape sur la mise en oeuvre des recommandations de la Commission sur l'intégrité écologique des parcs nationaux du Canada


Chapitre 4 : Développer une capacité d'apprentissage et d'éducation
Recommandation de la Commission Considérations Mesures
(4-1) Nous recommandons que Parcs Canada augmente considérablement sa capacité scientifique interne en matière de sciences naturelles et sociales, de planification, d'interprétation et d'évaluation environnementale; et augmente sa capacité de créer efficacement des liens à l'échelle régionale. Cette augmentation exigera un investissement financier d'une importance égale à celle de la dotation prévue pour les parcs nationaux par le Plan vert. Parcs Canada ne peut espérer comprendre en quoi consiste l'intégrité écologique et gérer en fonction de celle-ci en ne comptant que sur le peu de ressources actuellement investies dans son expertise scientifique. L'augmentation de la capacité scientifique interne est nécessaire à tous les échelons : le bureau national, les Centres de services régionaux et les parcs. La Commission évalue les coûts supplémentaires de cette forte augmentation à 28 millions de dollars par année (chapitre 13). La Commission est d'avis que l'amélioration de la capacité scientifique de Parcs Canada constitue une étape déterminante. Les enjeux d'ordre méthodologique comme la surveillance, la gestion des données et la recherche se trouveront automatiquement améliorés une fois la capacité scientifique accrue. (Ces aspects sont traités plus à fond au chapitre 6.)

La Commission a recommandé un effectif minimal idéal de travailleurs des sciences et de la technologie (S et T) pour les Centres de services, le Bureau national et les parcs (selon leur taille géographique et la complexité de leurs enjeux). Compte tenu des coûts associés aux salaires, avantages, frais généraux administratifs et dépenses d'exploitation relatifs aux S et T, Parcs Canada estime que les prévisions de la Commission sont insuffisantes et qu'il faudra ajouter 6 millions de dollars annuellement à compter de la cinquième année, pour un total de 34 millions $ par année.

L'augmentation proposée de la capacité en S et T servirait à donner suite à bon nombre des autres recommandations de la Commission. Cette capacité accrue permettrait à Parcs Canada de coopérer pleinement avec Environnement Canada et avec d'autres ministères à vocation scientifique à la réalisation de projets de l'UNESCO comme ceux des réserves de la biosphère et des forêts modèles. Parcs Canada serait aussi en mesure de donner des avis plus opportuns et plus complets pour aider à établir la famille fédérale d'aires protégées et le rôle de celles-ci dans l'élaboration de projets de grande envergure fondés sur les écosystèmes.
EN COURS – FINANCEMENT. Dans la stratégie de mise en oeuvre préparée pour être soumise à l'étude du gouvernement dans le cadre du processus budgétaire régulier, Parcs Canada a tenu compte des recommandations de la Commission d'augmenter sa capacité en sciences naturelles et sociales. L'étendue et le choix du moment de l'augmentation de la capacité sont sujets à la disponibilité de nouveaux fonds.
(4-2) Nous recommandons que Parcs Canada gère et augmente cette capacité scientifique en... La Commission a recommandé l'adoption d'une stratégie à multiples facettes pour l'application d'une capacité scientifique et technologique accrue à la gestion des parcs. Elle recommande notamment la création de conseils consultatifs scientifiques régionaux et nationaux, le renforcement des Centres de services et un programme d'études pour le personnel. EN COURS – FINANCEMENT. Des mesures d'accroissement de la capacité scientifique de Parcs Canada font partie de la stratégie de mise en oeuvre préparée pour être soumise à l'étude du gouvernement dans le cadre du processus budgétaire régulier. L'étendue et le choix du moment de l'accroissement de cette capacité sont sujets à la disponibilité de nouveaux fonds.


Index | Page suivante