Rapport d'étape sur la mise en oeuvre des recommandations de la Commission sur l'intégrité écologique des parcs nationaux du Canada

Aperçu de la stratégie à long terme de Parcs Canada

Dans le cadre du processus budgétaire, Parcs Canada a formulé à l'intention du gouvernement une stratégie à long terme qui découle directement des recommandations de la Commission, et dont les éléments prioritaires sont les suivants :

Améliorer la capacité opérationnelle

La Commission a conclu que Parcs Canada fait face à un grave manque de capacité, tant dans les sciences naturelles que sociales, et ne peut donc pas être assuré du degré de certitude des décisions relatives à l'intégrité écologique ou aux risques inhérents.

La gestion adaptative est le moyen le plus efficace de composer avec l'incertitude de la nature. Il faut, par cette approche, que des scientifiques fassent partie des équipes de gestion afin de concevoir des stratégies en tant qu'expériences contrôlées, de prédire leurs résultats, de surveiller les changements à court et à long terme et d'apporter des modifications pour obtenir les résultats souhaités en mettant à profit les connaissances acquises.

La surveillance et l'adaptation doivent être continues et se faire sur une base pluriannuelle dans le cas de la gestion de l'utilisation humaine et de l'atténuation des impacts et heure par heure lorsqu'il s'agit du feu ou de la faune. Pour y arriver, on ne peut avoir recours seulement à l'expertise externe. D'où l'obligation d'améliorer le noyau des capacités scientifiques et technologiques de Parcs Canada afin de pouvoir :

  • mettre à jour et maintenir les inventaires des ressources et les données de référence
  • choisir des indicateurs, des points de repère et des objectifs d'intégrité écologique
  • surveiller, analyser et donner des conseils aux décideurs
  • intégrer les considérations relatives à l'intégrité écologique dans les plans directeurs des parcs
  • exercer un rôle de client averti pour déterminer le besoin de recherche à contrat et de gestion active et pour surveiller et évaluer celles-ci
  • faire suffisamment de recherche appliquée sur des menaces précises pour tenir les connaissances à jour et perfectionner les compétences professionnelles
  • évaluer les incidences environnementales pour s'assurer de l'absence d'incidences environnementales négatives nettes dans les collectivités
  • établir des partenariats pour l'écosystème global en nouant des relations, en évaluant les questions émergentes, en déterminant le besoin de projets précis et en évaluant les résultats.

Cette capacité accrue permettrait à Parcs Canada de coopérer pleinement avec Environnement Canada et avec d'autres ministères à vocation scientifique à la réalisation de projets comme ceux de la réserve de la biosphère et des forêts modèles. Il pourrait aussi donner des avis plus opportuns et plus complets pour aider à établir la famille fédérale d'aires protégées et le rôle de celles-ci dans l'élaboration de projets de grande envergure fondés sur les écosystèmes.


Page précédente | Index | Page suivante