Agrément : pourcentage des visiteurs qui ont aimé leur visite d’un site patrimonial administré par Parcs Canada. L’agrément est associé à tout ce que le visiteur a pu ressentir de façon positive sur le plan spirituel, physique, intellectuel ou émotionnel lors de son expérience.

Appréciation du public : pourcentage des Canadiens qui apprécient l’importance des sites patrimoniaux administrés par Parcs Canada.

Apprentissage : pourcentage des visiteurs qui ont reconnu avoir acquis des connaissances au sujet des aspects naturels ou culturels d’un endroit administré par Parcs Canada.

Appui des intervenants et des partenaires : pourcentage des intervenants et des partenaires de Parcs Canada qui appuient la protection et la présentation des sites patrimoniaux administrées par Parcs Canada.

Appui du public : pourcentage des Canadiens qui appuient la protection et la présentation des sites patrimoniaux administrés par Parcs Canada.

Fréquentation : nombre de visiteurs dans un site patrimonial administré par Parcs Canada au cours d’une année. Aux fins de ce rapport, les chiffres relatifs à la fréquentation couvrent la période du 1er avril 2011 au 31 mars 2016. Les tendances sont basées sur une comparaison entre les données de fréquentation de 2015-2016 et de 2011-2012.

Intégrité commémorative : la condition ou l’état d’un lieu historique national lorsque celui-ci a conservé la valeur patrimoniale pour laquelle il a été désigné, ce qui est l’état souhaité pour un site historique national. L’intégrité commémorative d’un lieu historique national est assurée lorsque les ressources directement liées aux motifs de la désignation à titre de lieu historique national ne sont pas endommagées ou menacées; les raisons de la désignation à titre de lieu historique national sont efficacement communiquées au public; et les valeurs patrimoniales du site (y compris celles qui ne sont pas liées aux motifs de la désignation en tant que lieu historique national) sont respectées dans toutes les décisions et actions affectant le site.

Intégrité écologique : l’état d’un parc jugé caractéristique de la région naturelle dont il fait partie et qui sera vraisemblablement maintenu, notamment les éléments abiotiques, la composition et l’abondance des espèces indigènes et des communautés biologiques ainsi que le rythme des changements et le maintien des processus écologiques. Loi sur les parcs nationaux du Canada, s. 2 (1).

Ressource culturelle : un ouvrage humain, un objet ou un lieu dont on peut déterminer, sur la base de sa valeur patrimoniale, qu’il est directement associé à un ou plusieurs aspects importants de l’histoire et de la culture humaine. La valeur patrimoniale d’une ressource culturelle réside dans les éléments tangibles ou intangibles qui en définissent le caractère. Les ressources culturelles associées aux lieux patrimoniaux dont Parcs Canada assure la protection sont divisées en deux catégories :

  1. Les ressources culturelles d’importance historique nationale ont une relation directe avec les motifs de la désignation d’un lieu historique national.
  2. Les ressources culturelles ayant une valeur patrimoniale n’ont pas de lien direct avec les motifs de la désignation d’un lieu historique national, mais se rapportent à des aspects importants de l’histoire humaine ou à la signification culturelle d’un lieu patrimonial dont Parcs Canada assure la protection.

Satisfaction : proportion de visiteurs qui sont satisfaits, une mesure subjective fondée sur l’évaluation personnelle d’un individu de la façon dont sa visite dans un lieu patrimonial administré par Parcs Canada a répondu à ses propres attentes.

Sensibilisation : pourcentage de Canadiens qui sont en mesure a) de reconnaître Parcs Canada comme étant l’organisme responsable des sites patrimoniaux (notoriété spontanée); b) d’affirmer qu’ils ont déjà entendu parler de Parcs Canada (notoriété assistée).

Remarque sur la terminologie :En 2015, le gouvernement du Canada a adopté l’expression « Indigenous » pour désigner collectivement en anglais les Premières Nations, les Inuits et les Métis. Cette décision n’a aucune incidence sur le français où l’on continue à utiliser l’expression « autochtone » pour désigner ces groupes.