NO David Thompson

Nommé en l’honneur du grand géographe terrestre, le NO David Thompson soutient les travaux de science marine et d’archéologie subaquatique de Parcs Canada. En 2018, le navire sera utilisé pour l’étude et l’excavation du HMS Erebus. Il sera au site de l’épave tôt en septembre et y sera jusqu’à deux semaines. Le navire ira ensuite au site du Terror pour des activités d’études, si la météo et les conditions de glace le permettent.

Plans d’exploration en 2018

Pendant la courte période propice à l’archéologie subaquatique dans l’Arctique, Parcs Canada et ses partenaires continueront d’explorer et d’étudier les épaves du HMS Erebus et du HMS Terror cet été, dans le but de mieux comprendre l’expédition de Franklin.

HMS Erebus

Pendant l’été 2018, au site du HMS Erebus, l’objectif est d’entreprendre une étude plus approfondie en effectuant des fouilles. La zone du navire et de ses environs continuera d’être cartographiée et documentée. Une fois cela fait, les travaux d’excavation commenceront dans des zones choisies.

Les archéologues subaquatiques de Parcs Canada concentreront leurs activités d’étude et de récupération aux objets qui se rapportent aux officiers, à des individus spécifiques, à l’équipage et aux Royal Marines. Avec l’aide de la Garde côtière canadienne et du Sir Wilfrid Laurier, il y aura de l’infrastructure subaquatique importante installé afin de continuer les travaux archéologique dans le futur.

HMS Terror

En ce qui concerne le HMS Terror, les données analysées lors de la plongée du printemps 2017 ont été utiles pour planifier les prochaines étapes de la recherche. Si la météo et les conditions de glace le permettent en 2018, les plongeurs exploreront le site à l’aide de méthodes et d’équipements semblables à celles qui ont aidé à trouver et à confirmer l’emplacement des deux navires, pour :

  • voir dans quel état se trouve le navire
  • évaluer l’état des objets d’intérêt archéologique après plus d’un siècle en eau salée
  • et étudier son environnement

Pour ce faire, l’équipe utilisera des outils de télédétection pour cartographier une route maritime sécuritaire vers la baie Terror et continuer de documenter l’épave. Les informations seront utilisées pour développer un plan archéologique pour l’étude futur de l’épave.