Larry Gains et la lutte contre le racisme systémique

Match de boxe entre Larry Gains et le futur champion du monde, Primo Carnera, en 1932. © Hawaii Times Photo Archives Foundation/ Source : Nippu Jiji Photo Archives/ Numérisation : Densho /Métadonnées bilingues : Hoover Institution Library & Archives et National Museum of Japanese History

Pour la semaine du lundi 6 décembre 2021

Le 12 décembre 1900, Lawrence Samuel « Larry » Gains naît à Toronto, en Ontario. Il devient l’un des boxeurs canadiens les plus talentueux et les plus brillants de la première moitié du XXe siècle, tant au pays qu’à l’étranger, et une personnalité afro-canadienne importante.

Gains grandit dans le quartier Cabbagetown à Toronto où il commence à s’intéresser à la boxe dès un jeune âge. Grand admirateur du boxeur américain Jack Johnson, le premier champion noir des poids lourds, Gains s’inscrit dans un gymnase local en 1920 et monte dans l’arène de boxe peu de temps après. Il perd son premier combat amateur, mais attire toutefois l’attention d’un entraîneur qui l’aide à développer les compétences dont il a besoin pour commencer à faire de la boxe professionnelle en 1923. Cela signifie par contre qu’il doit renoncer à une place dans l’équipe olympique de 1924, alors composée uniquement d’athlètes amateurs. Encouragé par le champion canadien des poids lourds Horace « Soldier » Jones, et compte tenu du manque d’options pour les boxeurs noirs en Amérique du Nord, Gains choisit de poursuivre sa carrière en Angleterre et en Europe.

Au cours des décennies qui précèdent le début de la carrière de Gains en tant que boxeur professionnel, le sport connaît d’importants changements, passant de combats illégaux à poings nus à des combats organisés avec des gants, une surveillance administrative et des règles généralement acceptées. La boxe gagne rapidement en popularité en tant qu’activité masculine au sein de la classe moyenne. Pour quelques athlètes talentueux de la classe ouvrière et quelques athlètes de couleur, la boxe représente une alternative lucrative aux emplois mal payés.

Gains finit par remporter des titres poids lourds au Canada et à l’international, devenant ainsi une figure afro-canadienne emblématique dans le sport, ce qui a favorisé l’ouverture de plusieurs clubs de boxe pour les boxeurs noirs à Toronto. Alors qu’il atteint les plus hauts niveaux du sport et malgré des résultats impressionnants, il lui est interdit de participer à des combats en raison de pratiques racistes. Ces obstacles proviennent en partie de la crainte que les champions de boxe d’ascendance africaine ne menacent le statu quo des relations raciales et remettent ainsi en cause les illusions de supériorité des Blancs. Incapable de concourir pour le titre mondial, Gains brise néanmoins une importante barrière raciale en 1932 lorsqu’il vainc le Sud-Africain blanc Dan McCorkindale et remporte le titre des poids lourds de l’Empire britannique. Grâce à de telles victoires, Gains gagne le soutien du public et ouvre la porte aux futurs boxeurs d’ascendance africaine.

Larry Gains est désigné personnage historique national. La Commission des lieux et monuments historiques du Canada (CLMHC) conseille le gouvernement du Canada sur la commémoration de personnages historiques nationaux – des individus qui ont apporté des contributions uniques et durables à l’histoire du Canada.

Le Programme national de commémoration historique repose sur la participation des Canadiens afin d’identifier les lieux, les événements et les personnages d’importance historique nationale. Tous les membres du public peuvent proposer un sujet afin qu’il soit étudié par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada. Apprenez-en plus comment participer au processus. 

Mai est le Mois du patrimoine asiatique. Apprenez-en plus sur les histoires des Asiatique-Canadiens en explorant des articles dans nos archives en ligne sur Les premiers cimetières chinois à Victoria, Colombie-Britannique, Arrivée d’immigrants vietnamiens au Canada après 1978, et Le Temple Gur sikh d’Abbotsford.