Arrivée d’immigrants vietnamiens au Canada après 1978

Réfugiés vietnamiens en 1979 © Canada. Ministère de la Défense nationale/Bibliothèque et Archives Canada/e999901782-u

Pour la semaine du lundi 15 novembre 2021.

Le 15 novembre 1978, le gouvernement du Québec a annoncé qu’il était prêt à accueillir environ 200 des 2 500 réfugiés vietnamiens du navire Hai Hong, lequel avait perdu un de ses moteurs et dérivait vers la Malaisie. 

Après la Seconde Guerre mondiale, le Canada a ouvert ses portes à un nombre croissant de réfugiés et de personnes déplacées : de 1947 à 1952, environ 187 000 adultes et enfants ont fui l’Europe dévastée pour venir s’installer au Canada, notamment des survivants de l’Holocauste et d’anciens prisonniers de guerre. Cependant, avant 1976, les réfugiés ne constituaient pas une catégorie d’immigrants clairement définie par la loi. Cette année-là, le gouvernement fédéral a adopté une nouvelle Loi sur l’immigration, qui exemptait les réfugiés du système de points servant à déterminer l’admissibilité des candidats à l’immigration en fonction de critères tels que le niveau d’instruction, la langue et l’âge. La Loi exigeait que les politiques, règles et règlements fédéraux en matière d’immigration reflètent certains objectifs, notamment la nécessité de remplir les obligations en droit international du Canada relativement aux réfugiés et de maintenir sa tradition humanitaire à l’égard des personnes déplacées ou persécutées.

En 1975, le retrait des forces américaines a marqué la fin de la guerre du Vietnam. La réaction du gouvernement canadien a été limitée, acceptant la demande des États-Unis d’accueillir des réfugiés d’Asie du Sud-Est qui se trouvaient dans les camps de réinstallation américains et qui avaient de la famille au Canada. De 1975 à 1978, le Vietnam a connu des affrontements locaux, des problèmes économiques et une grave crise agricole, à laquelle le Canada a réagi en expédiant 100 000 tonnes de blé. En 1978, les relations du Vietnam avec son importante communauté ethnique chinoise se sont détériorées, et un exode a commencé vers le milieu de l’année. Plusieurs gros cargos ont quitté le Vietnam remplis de passagers vietnamiens en fuite qui ont fait le périlleux voyage pour demander l’asile dans des pays voisins. L’un de ces navires, le Hai Hong, a attiré l’attention du monde entier et a profondément marqué l’opinion publique au Canada.

Les journaux francophones du Canada ont publié l’histoire déchirante du Hai Hong. Le gouvernement du Québec a répondu à la détresse des passagers en proposant d’accepter environ 200 passagers arrivés de Malaisie, invoquant l’accord Cullen-Couture de 1978 qui avait accordé à la province un certain pouvoir dans sa sélection des immigrants. Le gouvernement canadien a admis 400 autres passagers, portant le total à 600. Les autres ont reçu des offres de réinstallation d’autres pays. 

C’est ainsi qu’a débuté un programme d’accueil de réfugiés qui est encore aujourd’hui l’un des plus importants et des plus mémorables programmes du genre au Canada. C’était la première fois que des parrainages privés par des groupes de bénévoles jouaient un rôle dans l’admission de réfugiés. Entre le début du programme en 1979 et sa conclusion en 1997, le Canada a accueilli environ 163 000 réfugiés de tout le Vietnam, qui ont été admis uniquement pour des raisons humanitaires.

L’immigration au Canada est désignée événement historique national. La Commission des lieux et monuments historiques du Canada (CLMHC) conseille le gouvernement du Canada sur la commémoration des événements historiques nationaux qui évoquent des moments, des épisodes, des mouvements ou des expériences marquants de l’histoire du Canada.

Le Programme national de commémoration historique repose sur la participation des Canadiens afin d’identifier les lieux, les événements et les personnages d’importance historique nationale. Tous les membres du public peuvent proposer un sujet afin qu’il soit étudié par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada. Apprenez-en plus comment participer au processus.

Mai est le Mois du patrimoine asiatique. Apprenez-en plus sur les histoires des Asiatique-Canadiens en explorant des articles dans nos archives en ligne sur Les premiers cimetières chinois à Victoria, Colombie-Britannique, Arrivée d’immigrants vietnamiens au Canada après 1978, et Le Temple Gur sikh d’Abbotsford.