Le naufrage du I’m Alone

I'm Alone en pleine mer. © Trinity Historical Society Archives

Pour la semaine du 18 mars 2020.

Le 22 mars 1929, les garde-côtes américains dans le Golfe du Mexique ont coulé le navire contrebandier I’m Alone. Ce bateau de la Nouvelle-Écosse s’adonnait au trafic d’alcool aux États-Unis pendant la prohibition américaine (1920-1933). 

À cette époque, les lois de la Prohibition aux États-Unis interdisaient de produire, vendre, exporter ou importer de l’alcool. La consommation personnelle n’était pas prohibée. Par contre, en 1929, toutes les provinces canadiennes, excepté les provinces de la Nouvelle-Écosse et de l’Île-du-Prince-Édouard, avaient déjà remplacé les lois antérieures sur l’interdiction par le contrôle de l’alcool. 

Ainsi, les contrebandiers pouvaient légalement quitter les ports canadiens avec leur cargaison d’alcool. Plusieurs ont traversé vers les États-Unis à partir du sud de l’Ontario qui était un important centre de l’industrie de distillation. Les contrebandiers importaient également de l’alcool aux États-Unis à partir des îles françaises St-Pierre et Miquelon, sur la côte de Terre-Neuve, où les lois de la Prohibition ne s’appliquaient pas. Quant à lui, le navire contrebandier I’m Alone transportait sa cargaison du Honduras Britannique (aujourd’hui le Belize) à la Louisiane, jusqu’à son naufrage en 1929. 

Le naufrage du I’m Alone a entrainé un conflit diplomatique entre le Canada et les États-Unis. L’enjeu principal était de savoir si les garde-côtes américains étaient en droit d’avoir poursuivi et coulé le navire. Par exemple, l’ambassadeur en poste aux États-Unis, Vincent Massey, soutenait que le bateau était en dehors de la côte, au-delà de l’autorité des Américains. Selon un traité signé en 1924 par les États-Unis et l’Angleterre, les autorités américaines avaient le droit d’aborder les navires britanniques suspectés de contrebande s’ils se trouvaient à une distance d’une heure de la côte. En 1935, la Commission conjointe a été chargée de résoudre ce conflit, statuant que les garde-côtes avaient violé les lois internationales en coulant le vaisseau, forçant le gouvernement des États-Unis à payer pour les dommages.

Charles Vincent Massey, désigné personne d’importance historique nationale, a ensuite été haut-commissaire du Canada à Londres, président de la Commission royale d’enquête sur le développement national des arts, des lettres et des sciences et gouverneur général du Canada.

Mai est le Mois du patrimoine asiatique. Apprenez-en plus sur les histoires des Asiatique-Canadiens en explorant des articles dans nos archives en ligne sur Les premiers cimetières chinois à Victoria, Colombie-Britannique, Arrivée d’immigrants vietnamiens au Canada après 1978, et Le Temple Gur sikh d’Abbotsford.