La Toronto Coloured Young Men’s Amateur Theatrical Society

Pour la semaine du lundi le 18 février 2019.

Les 20, 21 et 22 février 1849, au théâtre Royal Lyceum à Toronto, la Toronto Coloured Young Men’s Amateur Theatrical Society joue « Venise sauvée », une pièce de Thomas Otway, ainsi que des scènes tirées de l’œuvre de William Shakespeare. L’histoire a retenu peu de détails au sujet de ce groupe, pourtant à l’origine d’une des premières productions théâtrales afro-canadiennes offertes hors d’une église.

La naissance et l’essor du théâtre afro-canadien sont liés à la montée de l’« Église noire », en particulier au Canada-Ouest (aujourd’hui l’Ontario). De nombreux anciens esclaves américains réfugiés au Canada, puis leurs descendants, s’établissent dans les environs de St. Catharines, de Colchester et de Toronto dans les premières décennies du XIXe siècle. Ils y fondent des églises de diverses confessions, notamment baptiste, épiscopale méthodiste africaine, et méthodiste épiscopale britannique. Ces églises occupent une place centrale dans la vie des Afro-Canadiens au XIXe siècle. Importants lieux de culte, elles servent également de points de rassemblement et de premières tribunes pour les politiciens et pour les artistes afro-canadiens, lesquels montent des pièces de théâtre pour donner vie aux récits bibliques.

Au milieu du XIXe siècle, des troupes de théâtre séculaires, notamment la Toronto Coloured Young Men’s Amateur Theatrical Society, se produisent dans certaines des premières salles construites sur mesure pour le théâtre au Canada anglais, dont le théâtre Royal Lyceum, ouvert en 1848. La troupe met en vedette des Afro-Canadiens de talent à une époque où le maire de Toronto refuse des pétitions demandant l’interdiction des spectacles ambulants des ménestrels déshumanisants, dans lesquels des acteurs blancs jouent des personnes d’ascendance africaine à l’aide de caricatures racistes connues sous le nom de « blackface » (maquillage noir). Les pièces jouées par la troupe marquent le début d’une longue tradition de théâtre afro-canadien qui s’épanouit au XXe siècle et se poursuit à ce jour.

L’Église épiscopale méthodiste africaine d’Oro est désigné lieu historique national.
Consultez @ParcsCanada et visitez la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.