Tisser son identité : la vannerie nlaka’pamux

Une représentation de la vannerie nlaka’pamux. © Barbara Roden/Ashcroft-Cache Creek Journal
Une représentation de la vannerie nlaka’pamux. © Barbara Roden/Ashcroft-Cache Creek Journal

Pour la semaine du lundi 2 septembre 2019

Le 4 septembre 2018, la Commission des lieux et monuments historiques du Canada a dévoilé une plaque de bronze pour souligner l'importance de la vannerie, qui est au cœur de l'identité culturelle, du bien-être et de l’économie de la Première nation nlaka’pamux.

Les Nlaka’pamux, un peuple salish de l’intérieur, vivent sur leur territoire traditionnel, situé sur le Plateau intérieur de la Colombie-Britannique, entre la chaîne Côtière et les montagnes Rocheuses. Les vannières nlaka’pamux fabriquent leurs paniers à partir de végétaux, comme la racine de thuyas, l’écorce de cerisier et diverses herbes, et y tissent des motifs décoratifs au moyen d’une technique d’imbrication. Ces motifs distincts, liés de près aux traditions culturelles, sont inspirés des plantes locales et illustrent parfois la lignée familiale de la vannière.

Selon la culture nlaka’pamux, ce sont habituellement les femmes qui pratiquent la vannerie, laquelle fait partie intégrante de l’identité culturelle. La vannerie permet de renforcer cette identité et de la transmettre aux jeunes générations en mettant à profit les connaissances ethnobotaniques et les compétences techniques. Sachant reconnaître, nommer et utiliser plus de 350 espèces de plantes présentes sur leur territoire traditionnel pour la vannerie, les femmes montrent aux jeunes, depuis des générations, à reconnaître les endroits qui abritent les différentes espèces, à repérer les arbres qui produisent les meilleures racines, ainsi qu’à déterminer le moment des récoltes. La collecte des matières premières nécessaires à la vannerie est l’une des nombreuses activités saisonnières qui définissent la culture nlaka'pamux.

La vannerie nlaka'pamux témoigne du rôle des femmes dans l’économie. En fait, avant l’arrivée des Européens, les paniers étaient très présents dans les réseaux commerciaux qui reliaient les peuples de l’intérieur entre eux et avec les résidents de la côte et des plaines. Les paniers servaient à ranger des objets, à transporter de la nourriture, et même des liquides, et à bercer les bébés. L’arrivée des Européens a amené de nouveaux acheteurs pour la vannerie nlaka'pamux et a mené à la création de nouvelles formes de récipients. Les magasins au détail ciblaient les touristes eurocanadiens, et les paniers se retrouvaient souvent dans des collections privées ou des musées.

Les articles ménagers tissés, comme les plateaux et les porte-lettres, ont envahi les marchés au détail, et l’industrie de la fabrication de paniers à domicile a continué d’être active jusque dans les années 1930. La demande a diminué après la Seconde Guerre mondiale, et l’art de la vannerie a presque disparu dans les années 1950. Cependant, les femmes nlaka'pamux ont continué de nourrir et de transmettre cette forme d’art. Dans les années 1970, les paniers nlaka'pamux sont de plus en plus reconnus comme des œuvres d’art à admirer ou à apprécier pour leur signification culturelle et suscitent de nouveau l’intérêt des musées et des collectionneurs privés.

La vannerie nlaka'pamux, encore pratiquée aujourd’hui, a été désignée événement d’importance historique nationale. La Commission des lieux et monuments historiques du Canada (CLMHC) conseille le gouvernement du Canada sur la commémoration d’événements historiques nationaux qui évoquent des moments, épisodes, mouvements ou expériences significatifs dans l’histoire du Canada.

Le Programme national de commémoration historique repose sur la participation des Canadiens afin d’identifier les lieux, les événements et les personnages d’importance historique nationale. Tous les membres du public peuvent proposer un sujet afin qu’il soit étudié par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada. Pour de plus amples informations sur le processus de présentation d’une demande de désignation, consultez la page suivante : https://www.pc.gc.ca/fr/culture/clmhc-hsmbc/ncp-pcn.
Juin est le Mois national de l’histoire autochtone. Apprenez-en davantage sur la diversité des histoires et des cultures des Peuples Autochtones en consultant les articles sur Skmaqn-Port-la-Joye-Fort Amherst, Francis Pegahmagabow (1889–1952), Wii Niisł Puuntk : matriarche gitga’at de Hartley Bay, et Tisser son identité : la vannerie nlaka’pamux.