Les évacués de guerre britanniques au Canada pendant la Seconde Guerre mondiale

Une publicité de guerre faisant la promotion de l’évacuation des enfants. © Bibliothèque et Archives Canada, Acc. No. R1300-34
Pour la semaine du lundi 21 septembre 2020.

Le 21 septembre 1940 marque le départ du RMS Nova Scotia du port de Londres, en Angleterre, le dernier bateau transportant des enfants britanniques vers la sécurité du Canada pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les avancées technologiques au début du XXe siècle, dont l’avènement des combats aériens, éliminent les divisions antérieures entre le champ de bataille et le front intérieur. Craignant pour la sécurité de la population civile dans l’éventualité où les tensions en Europe éclatent en une autre guerre mondiale, les autorités britanniques planifient, dès 1938, un projet d’évacuation des enfants et de leurs mères vers des zones désignées comme sûres – généralement les régions rurales des îles britanniques – comment moyen de les protéger contre la possibilité de bombardements aériens dans les grands centres urbains.

Avec le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale en septembre 1939, près de 1 500 000 personnes quittent les villes britanniques vers la campagne ou outre-mer. De ce nombre, 254 enfants britanniques sont envoyés au Canada pendant cette première vague d’évacuation financée par le secteur privé. Cependant, plusieurs reviennent rapidement vers leurs domiciles lors de la « drôle de guerre », une période relativement calme suivant la déclaration de guerre en Europe de l’Ouest.

Les évacuations outre-mer financées par le gouvernement débutent à l’été 1940, après la capitulation de la France, l’approche des forces allemandes vers la Manche et la bataille d’Angleterre. Ces différents événements renforcent la crainte que la campagne ne soit pas un lieu sûr. Le Children’s Overseas Reception Board (CORB) travaille de près avec le gouvernement britannique afin de coordonner les évacuations vers des pays alliés tels que le Canada, qui a accueilli plus de 3 000 enfants. Bien que les expériences de ces enfants varient, pour de nombreuses familles d’accueil du Canada comme ailleurs, s’occuper des évacuées représente un important service rendu à la Grande-Bretagne et une contribution à l’effort de guerre des Alliés.  

Bien que les évacuations n’aient jamais été conçues comme un programme d’adoption ou d’immigration permanente, 7% des enfants britanniques évacués restent au Canada après la guerre. Certains ont perdu leurs parents pendant la guerre tandis que d’autres sont rejoints par leurs parents qui souhaitent amorcer un nouveau départ au Canada.

Ces familles font partie de l’immigration d'après-guerre au Canada, qui est désignée événement historique national. La Commission des lieux et monuments historiques du Canada (CLMHC) conseille le gouvernement du Canada sur la commémoration d’événements historiques nationaux qui évoquent des moments, épisodes, mouvements ou expériences significatifs dans l’histoire du Canada.

Consultez l’annuaire pour en savoir plus sur les désignations fédérales du patrimoine.