Dr. Armand Frappier et la lutte contre la tuberculose

Des patients au Muskoka Cottage Sanatorium en 1910. © Galbraith Photos /Bibliothèque et Archives Canada/ e002712845

Pour la semaine du lundi 23 novembre 2020.

Le 26 novembre 1904, le médecin et microbiologiste Armand Frappier naît à Salaberry-de-Valleyfield, au Québec. L’institut de recherche qu’il établit au Québec contribue de façon importante au traitement et à la prévention de la tuberculose.

Après le décès de sa mère de la tuberculose à l’âge de 40 ans, Armand Frappier décide d’étudier les sciences et la médecine à l’Université de Montréal. À l’époque, la tuberculose est la première cause de décès chez les adultes au Canada. Dans les grands centres urbains de Montréal et de Toronto, les gens vivent dans des logements surpeuplés et insalubres, ce qui entraîne quelque 200 décès liés à la tuberculose pour 100 000 habitants chaque année de 1880 à 1900. 

En 1882, le scientifique allemand Robert Koch découvre que la tuberculose est causée par une bactérie (bacille tuberculeux). L’infection touche habituellement les poumons et provoque une toux persistante et parfois sanglante, des douleurs à la poitrine, une perte de poids, de la fièvre et de la fatigue chronique. Le virus, très contagieux dans certaines conditions, se propage rapidement par les gouttelettes produites par la toux, les éternuements ou la parole. 

À la fin du XIXe et au début du XXe siècle, les autorités médicales placent souvent des patients atteints de tuberculose en isolement dans des installations spécialisées afin de contrôler la propagation et atténuer les symptômes de l’infection. Le Muskoka Cottage Sanatorium, établi en 1897, offre aux patients de l’air frais, du soleil, du repos et une bonne alimentation.

À cette même époque, des chercheurs médicaux tentent de trouver des traitements efficaces contre la tuberculose. Le Dr Edward Archibald de l’Université McGill est un chef de file du domaine au Canada dans les années 1920, mettant au point certains traitements chirurgicaux contre la maladie, dont la thoracoplastie. Cette procédure implique l’ablation de plusieurs côtes afin de pomper de l’air dans la poitrine, de provoquer l’affaissement du poumon et ainsi de priver les bactéries d’oxygène. 

Une autre avancée se produit en 1921 lorsque Dr Albert Calmette et Dr Camille Guérin de Paris, en France, mettent au point le vaccin antituberculeux Bacille Calmette-Guérin (BCG). Dr Frappier étudie ce vaccin à l’Institut Pasteur de Paris pendant deux ans avant de revenir au Canada en 1933 avec une souche de BCG, ce qui lui permet de le produire localement. En 1938, il fonde l’Institut de microbiologie et d’hygiène de Montréal, un laboratoire associé à l’Université de Montréal, qui raffine des sérums et des vaccins et supervise l’utilisation du BCG dans les hôpitaux et les écoles du Québec.

Les recherches de Frappier sur l’innocuité et l’efficacité du vaccin entraînent la création de programmes de vaccination au Québec, à Terre-Neuve et au Labrador au cours des années 1940 à 1970. Bien que le BCG ne soit pas utilisé couramment dans les programmes de vaccination de la plupart des provinces et des territoires, il est largement administré aux personnes à haut-risque, telles que des infirmiers et des infirmières ainsi que les nouveau-nés dans les communautés des Premières Nations. Le BCG n’est plus recommandé pour une utilisation courante dans la population canadienne, mais il continue d’être la pratique courante pour prévenir le développement de formes sévères de tuberculose chez les enfants des communautés à haut risque d’infection bactérienne. 

Edward William Archibald est désigné personnage historique national. La Commission des lieux et monuments historiques du Canada conseille le gouvernement du Canada sur la commémoration de personnes d’importance historique nationale — des personnes qui ont apporté des contributions exceptionnelles et durables à l’histoire du Canada.

 

Consultez l’annuaire pour en savoir plus sur les désignations fédérales du patrimoine.