Impressions du Canada

Chutes de Beaupré, Québec © Bibliothèque et Archives Canada, no d’enregistrement MIKAN : 3553188
Exposition à l’Académie royale des arts du Canada, en 1900 © Bibliothèque et Archives Canada, no d’enregistrement MIKAN: 3256399

Pour la semaine du lundi le 21 janvier 2019.

Le 24 janvier 1910, le ministre britannique des Forces militaires d’outre-mer demande, par télégramme, au ministre de la Milice et de la Défense du Canada de confirmer Maurice Cullen à titre d’artiste de guerre en France.

Né le 6 juin 1866, Maurice Cullen s’installe à Montréal avec sa famille en 1870. Son intérêt pour les beaux-arts se manifeste tôt, et il fait son apprentissage initial auprès du sculpteur Louis-Philippe Hébert. En 1888, comme bon nombre de ses contemporains, Maurice Cullen s’établit à Paris pour étudier à l’École des beaux-arts. Attiré par la peinture, il s’inspire du mouvement impressionniste français et de peintres comme Claude Monet et Alfred Sisley. Le jeune Cullen acquiert une certaine renommée en 1894, lorsque ses œuvres sont exposées au Salon de la Société nationale des beaux-arts de Paris. L’année suivante, il est le premier Canadien à être élu membre associé de cette même Société.

Maurice Cullen regagne Montréal à la fin des années 1890. Il se consacre à son art dans la région de Québec et de Beaupré, dans le Bas-Saint-Laurent. Ses paysages d’hiver se distinguent par le traitement de la lumière et de la couleur, et Cullen devient l’un des premiers peintres canadiens à appliquer les techniques impressionnistes au Canada.

Ses toiles se vendent d’abord lentement, mais la tendance se renverse à mesure que les Canadiens découvrent l’impressionnisme et les œuvres d’autres artistes du pays. En 1910, Cullen devient membre de l’Académie royale des arts du Canada. À compter de 1911, il enseigne l’esquisse en plein air à l’Art Association of Montreal (Société des arts de Montréal). Son art inspire de nombreux artistes, y compris A. Y. Jackson, futur membre du Groupe des Sept.

En 1918, à titre d’artiste de guerre officiel, Maurice Cullen se rend en France où il suit le Corps canadien sur le front. Il peint de nombreuses études et une quinzaine de toiles qui saisissent la dévastation causée par la guerre plutôt que des actes héroïques. Il réintègre la vie civile en 1919 et continue à exposer ses œuvres chaque année aux Watson Art Galleries de Montréal jusqu’en 1932, année où il tombe malade. Il succombe deux ans plus tard.

Figure centrale de l’histoire de l’art canadien du XXe siècle, Maurice Cullen adapte de façon distincte les couleurs vives, la lumière et l’ambiance des techniques impressionnistes pour les appliquer aux paysages canadiens. Ce faisant, il inspire la relève artistique pendant des années à venir.

Maurice Cullen est une personne d’importance historique nationale.

Consultez notre fil Twitter @ParcsCanada et visitez la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.