L’arrondissement historique du Vieux-Québec

Arrondissement historique du Vieux-Québec © Parcs Canada 2007 / Éric Le Bel. Tous droits réservés.

Pour la semaine du 2 Décembre 2019.

Le 3 décembre 1985, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) inscrit l’arrondissement historique du Vieux-Québec sur la liste du patrimoine mondial.

Adoptée en 1972, la Convention du patrimoine mondial est un outil essentiel pour protéger les lieux importance culturelle. Elle se fonde sur la reconnaissance du fait que certains lieux patrimoniaux possèdent des qualités si remarquables qu’ils peuvent être considérés comme ayant une valeur universelle exceptionnelle et qu’ils relèvent de la responsabilité partagée de l’ensemble de la communauté internationale. La Convention du patrimoine mondial a donc pour but de désigner, de protéger, de conserver, de mettre en valeur et de transmettre aux générations futures le patrimoine culturel et naturel qui est considéré comme ayant une valeur universelle exceptionnelle.

Pour être admissibles à une inscription sur la liste du patrimoine mondial, les sites proposés doivent satisfaire à au moins un des dix critères de valeur universelle exceptionnelle définis par le Comité du patrimoine mondial. L’UNESCO a déterminé que l’arrondissement historique du Vieux-Québec, à Québec (Québec), était « un exemple exceptionnel de ville coloniale fortifiée ». Les Premières Nations ont habité cette région pendant des milliers d’années avant l’arrivée de l’explorateur français Samuel de Champlain qui y établit une colonie permanente en 1608, qui deviendra rapidement la capitale de la Nouvelle-France puis, en 1763, celle de la nouvelle colonie britannique.

L’arrondissement historique du Vieux-Québec est une zone urbaine d’environ 135 hectares. Il est formé de deux secteurs distincts : la Basse-Ville, qui s’est développée autour de la place Royale, soit l’emplacement original où s’est établi Champlain; et la Haute-Ville, qui surplombe le fleuve Saint-Laurent du haut du cap Diamant et qui s’étend jusqu’aux fortifications coloniales toujours debout et ses environs immédiats. L’arrondissement compte près de 1 400 bâtiments qui évoquent les fonctions historiques commerciales, culturelles, financières, institutionnelles, militaires, religieuses et résidentielles de l’époque. Certaines constructions, qui datent du XVIIe siècle, révèlent la manière dont les bâtiments du Régime français ont préservé les caractéristiques fondamentales de l’architecture du nord de la France, alors que d’autres intègrent des éléments des styles palladien et néoclassique ainsi que de styles plus éclectiques.

L’arrondissement historique du Vieux-Québec est un site du patrimoine mondial.


L’année 2019 marque les 100 ans depuis la fondation de la Commission des lieux et des monuments historiques du Canada (CLMHC). Apprenez-en plus sur le site de la CLMHC