Ensemble industriel de la Dominion Textile
Ensemble industriel de la Dominion Textile, vers 1900
© Société d'histoire de Magog / Fonds Studio RC

L'usine de Textile de Magog a été désignée lieu historique national en juin 1989.

Importance historique : Ayant été la seule usine textile du xixe siècle à réunir au même endroit les opérations de filature, de tissage, de blanchiment et d'impression; construite en 1883.

L'usine de Textile de Magog

En 1883, Alvin Moore et William Hobbs fondent la Magog Textile and Print Company. Ils construisent le complexe aux abords de la rivière Magog. Au printemps 1884, l’usine imprime les premières pièces de coton au pays. Jusqu’en 1899, elle est d’ailleurs la seule au Canada à imprimer ce type de textile.

High view of a dam
Barrage de la Dominion Textile, vers 1929 , Vue aérienne
© Société d'histoire de Magog / Fonds Studio RC

En 1888, l’entreprise ajoute une usine et commence également à filer et à tisser. En réunissant ainsi dans un même complexe industriel les opérations de filature, de tissage, de blanchiment et d’impression, les usines de textile de Magog jouent un rôle important dans la rationalisation de l’industrie cotonnière au XIXe siècle au Canada.

Des difficultés financières chez la Magog Textile and Print Company entraînent la vente du complexe à la Hochelaga Cotton Co. en 1889. L’année suivante, cette compagnie est intégrée au sein de la Dominion Cotton Mills. En 1905, cette dernière fusionne à plusieurs autres compagnies pour former la Dominion Textile. Cette compagnie connaît une forte croissance au fil du XXe siècle, agrandissant le complexe industriel de Magog avec de nouveaux bâtiments à plusieurs reprises. Cette croissance est entre autres rendue possible grâce à la force ouvrière qui continue de grandir à Magog. Au cours des années 1930, alors qu’une crise économique sévit partout au pays, la Dominion Textile continue son expansion à Magog, fournissant environ 80% des emplois en main-d’œuvre manufacturière. En 1943, 2 300 personnes travaillaient chez Dominion Textile.

Printing workshop, circa 1898
Atelier d'imprimerie, vers 1898
© Société d'histoire de Magog / Fonds Studio RC
Dominion Textile machinery (Draper), circa 1938
Machinerie (Draper) de la Dominion Textile, vers 1938
© Société d'histoire de Magog / Fonds Bibliothèque Memprhémagog

Les travailleurs du textile à Magog prennent part au mouvement ouvrier au cours du XXe siècle afin d’améliorer leurs conditions de travail. Ils forment des syndicats et tiennent plusieurs grèves, participant par exemple à l’importante grève provinciale du domaine de l’industrie textile québécoise de 1937. En 1945, le Syndicat catholique des ouvriers du textile de Magog signe sa première convention collective puis négocie plusieurs améliorations substantielles pour les travailleurs. Différents conflits de travail concernant notamment le rendement et le contrôle des tâches entraînent également d’autres grèves, dont la dernière se déroule en 1966.

La seconde moitié du XXe siècle est pour sa part marquée par le déclin de l’industrie textile au Québec, laquelle est affectée en partie par la mondialisation des échanges. La Dominion Textile continue tout de même de moderniser ses complexes industriels tout en poursuivant de nouveaux marchés à l’international. Le complexe de Magog est exploité par la Dominion Textile jusqu’en 1989, lorsqu’elle vend l’imprimerie à la compagnie américaine C.S. Brooks. La filature est quant à elle vendue à Difco, Tissus de performance inc. en 1998. L’imprimerie ferme ses portes en 2008, suivie de la filature trois ans plus tard.

Dernière mise à jour de ce document d'information : 2021-11-03

 

General view of Dominion Textile Factory
Usine Dominion Textile. Vue générale
© Sylvain Lizotte 2020 / Ministère de la Culture et des Communications

Le Programme national de commémoration historique repose sur la participation des Canadiens afin d’identifier les lieux, les événements et les personnages d’importance historique nationale. Tous les membres du public peuvent proposer un sujet afin qu’il soit étudié par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

Obtenir plus d'informations sur la façon de participer à ce processus