Une fontaine et un jardin
Vue générale du jardin botanique de Montréal
© Parcs Canada/Nathalie Clerk, 2006

Le jardin botanique de Montréal a été désigné lieu historique national en 2008.

Plaque commémorative: 4101, rue Sherbrooke Est, Montréal, Québec (dans le jardin)Footnote 1

Fondé en 1931, ce jardin est l'oeuvre du frère Marie-Victorin, botaniste de grand renom qui a amorcé et mené ce projet d'envergure, et de Henry Teuscher, architecte paysagiste qui en a conçu l'aménagement. La beauté, la variété et la richesse de ses collections témoignent de la vision de ses fondateurs, qui voulaient en faire un « jardin botanique idéal » par ses fonctions esthétiques, scientifiques, éducatives et sociales. Avec ses quelque 22 000 espèces et cultivars de plantes, ses grandes serres d'exposition, sa trentaine de jardins thématiques et son vaste arboretum, il est l'un des plus importants jardins botaniques au monde.

Description du lieu patrimonial

Le lieu historique national du Canada du Jardin-Botanique-de-Montréal est un jardin botanique aménagé au cours du XXe siècle qui s’étend aujourd’hui sur un quadrilatère de 75 hectares dans l’est de Montréal, au Québec. Il s’agit d’un paysage culturel ayant un caractère tant formel que pittoresque et qui est notamment constitué d’une trentaine de jardins thématiques, une dizaine de serres, un arboretum et un pavillon administratif de style Beaux-Arts et Art déco ayant la forme d’un « H ». La reconnaissance officielle vise les limites légales du jardin botanique de Montréal.

 

Un pont au-dessus d'un petit lac dans un jardin
Le jardin botanique de Montréal
© Parcs Canada/Nathalie Clerk, 2006
Une création en bois ressemblant à une tente dans une forêt
Le jardin botanique de Montréal
© Parcs Canada/Nathalie Clerk, 2006

Valeur patrimoniale

Le jardin botanique de Montréal a été désigné lieu historique national du Canada en 2007 parce que :

  • l'étendue de ses collections et de ses installations, tels ses 22 000 espèces et cultivars de plantes, ses dix grandes serres d'exposition, sa trentaine de jardins thématiques et son vaste arboretum, en fait un des plus importants jardins botaniques au monde;
  • dès la fondation du jardin en 1931, le frère Marie-Victorin, qui a été l'âme de cet ambitieux projet, et Henri Teuscher, l'architecte paysagiste qui en a dressé les plans et lui a donné ses grandes orientations, ont voulu en faire un jardin botanique idéal, ce qu'il est demeuré jusqu'à nos jours en raison de ses grandes qualités esthétiques, de sa vocation scientifique et de ses fonctions éducative et sociale;
  • la richesse et la diversité de ses collections destinées à la recherche, à la conservation, à la présentation et à l'éducation mettent clairement en évidence la mission qui est particulière aux jardins botaniques.

La valeur historique du jardin botanique de Montréal repose sur son association avec l’instigateur du projet, le frère Marie-Victorin, désigné personne historique nationale. Le jardin est l’une de ses nombreuses réalisations s’insérant dans le mouvement scientifique canadien de son époque, et pour lequel il incarne une figure marquante pour son approche novatrice en botanique. Son oeuvre a été réalisé en collaboration avec Henri Teuscher, l’horticulteur, botaniste et architecte paysagiste qui a conçu les plans d’origine du jardin. Bon nombre des éléments d'origine du jardin ont été conservés; il a évolué de façon très harmonieuse au fil du temps dans la continuité des intentions du concepteur.

Les fonctions principales des jardins botaniques modernes sont la recherche, la conservation, la présentation et l’éducation, auxquels le jardin botanique de Montréal adhère depuis sa création en 1931, et son ouverture au public en 1936. En 1938, le frère Marie-Victorin a notamment fondé l’École d’apprentissage horticole et réservé une partie du jardin botanique de Montréal pour les étudiants et les chercheurs. En plus de sa pérennité, les valeurs scientifique et esthétique du lieu reposent sur l’ampleur, l’intégralité, la complexité et la qualité des installations du jardin, et la rareté, puisqu’il constitue l’un des principaux jardins botaniques au monde. L’expérience esthétique repose entre autres sur la beauté de l’ensemble du lieu, la végétation aux coloris, aux agencements et aux formes des plus diversifiées, ainsi que sur les contrastes, le dépaysement, la variété ou l’harmonie existant d’un jardin à l’autre.

Source : Commission des lieux et monuments historiques du Canada, Procès-verbal, 2007.

 

Informations liées à cette désignation :

Le Programme national de commémoration historique repose sur la participation des Canadiens afin d’identifier les lieux, les événements et les personnages d’importance historique nationale. Tous les membres du public peuvent proposer un sujet afin qu’il soit étudié par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

Obtenir plus d'informations sur la façon de participer à ce processus