Frederic Gage Todd (1876-1948)
Frederic Gabe Todd (date inconnue)
© Archives de la Ville de Montréal

Frederick Gage Todd est le premier architecte paysagiste professionnel au Canada. Il apprend son métier en tant qu'apprenti au célèbre cabinet Olmsted de Boston et il popularise l'idée des espaces ouverts naturels dans les villes canadiennes. Todd conçoit certains des parcs urbains les plus populaires du pays dont le parc Assiniboine à Winnipeg (1904-1906), le parc Bowring à St. John's, à Terre-Neuve-Labrador (1912-1914) et le parc des Champs-de-Bataille (plaines d'Abraham) à Québec. Il est le principal promoteur du modèle de planification des cités-jardins au Canada et il maîtrise avec brio les mouvements d'urbanisme City Beautiful et cité-jardin. Il conçoit des plans sophistiqués pour la Ville de Mont-Royal (1914) et la cité-jardin de Coldbrook près de Saint John, au Nouveau-Brunswick (1913). Le plan conçu pour Ottawa par Todd en 1903 influence tous les plans subséquents de la capitale nationale et est le premier à en faire ressortir les principales caractéristiques : le réseau de voies publiques, le concept du parc de la Gatineau, l'importance des voies navigables et le symbolisme de la colline du Parlement.

Né en 1876 à Concord, au New Hampshire, Todd étudie l'ingénierie, la botanique, la biologie et l'agriculture au Massachusetts Agricultural College (aujourd'hui l'Université du Massachusetts à Amherst). En 1896, l'année précédant l'obtention de son diplôme, il rejoint le cabinet d'architecture Olmsted, Olmstead, and Elliot, lançant sa carrière au bureau de Brookline au Massachusetts. En 1900, il s'installe à Montréal pour superviser la construction en cours du parc du Mont-Royal. Peu après, il y épouse la montréalaise Beatrice Evelyn Pinkerton et y établit son propre cabinet d'architecture paysagère.

Après une période de travaux productifs sur les parcs urbains, les banlieues résidentielles et les plans urbains au début du XXe siècle, la carrière de Todd prend un nouvel essor dans les années 1930 et 1940. Il poursuit son travail au parc des Champs-de-Bataille-Nationaux des plaines d'Abraham, au parc du Mont-Royal (avec la création du lac aux Castors) et dans le quartier Maisonneuve (avec la conception de l'avenue Morgan). L'aménagement paysager de l'île Sainte-Hélène, qui fait face au centre-ville de Montréal, allait éventuellement permettre la création du parc plage de l'île Notre-Dame, inauguré en 1990. Ce nouveau projet et les autres œuvres de Todd continuent d'exercer une influence même après sa mort.

En plus d'exercer sa profession, Todd est un défenseur des professions d'architecture paysagère et d'urbanisme. Il est l'un des fondateurs de l'Institut d'urbanisme du Canada et de l'Association des architectes paysagistes et des urbanistes du Canada. En tant que représentant de la Ligue du progrès civique au conseil municipal de Montréal pendant huit ans, il contribue à l'élaboration de politiques qui ont façonné la ville qu'il avait adoptée des décennies auparavant, tout en travaillant à l'aménagement de l'espace ouvert emblématique de la ville : le parc du Mont-Royal.

Au cours de sa vie, Todd a apporté une contribution exceptionnelle aux paysages des villes et des banlieues du Canada. Il vit à Montréal jusqu'à sa mort en 1948 et est enterré au cimetière Mont-Royal.