Quatre hommes soulevent un morceau d'une torpille après les attaques par des sous-marins allemands.
Les attaques par des sous-marins allemands à l’île Bell
© Lt Gerald M. Moses, Canada. Défense nationale, Bibliothèques et Archives Canada, PA-188854.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’île Bell de Terre-Neuve est un centre crucial sur le plan stratégique de traitement et d’expédition de minerai de fer à la baie de la Conception et est la cible des sous-marins allemands qui cherchent à perturber l’approvisionnement en minerai de fer des aciéries canadiennes. En septembre et novembre 1942, les navires au quai Scotia et au port de l’île Bell sont attaqués par des sous-marins allemands, ce qui entraîne le naufrage de quatre navires marchands, la perte de 70 hommes et la destruction du quai. Les soldats et les civils de l’île Bell s’occupent des survivants et enterrent les morts à la suite de ces attaques. Les funérailles qui suivent sont les plus importantes de l’histoire de l’île Bell. Ces attaques meurtrières inciteront les gouvernements du Canada et de Terre-Neuve à construire des filets anti-sous-marins à la baie de la Conception en décembre 1942.

Pendant la majeure partie du XXe siècle, l’île Bell occupe une position stratégique importante pour Terre-Neuve et le Canada. Ses mines de minerai de fer sont un important fournisseur des aciéries du Cap-Breton, représentant plus du tiers de la production d'acier du Canada et faisant partie intégrante de l'effort de guerre militaire et industrielle du Canada. Leur valeur stratégique et leur vulnérabilité aux attaques en provenance de la mer sont rapidement reconnues par les deux gouvernements. Deux canons de 4,7 pouces et deux projecteurs dans les falaises avoisinantes sont installés et manœuvrés par le personnel de l'Artillerie royale canadienne jusqu'à ce que la 1re batterie côtière de la milice de Terre-Neuve prenne la relève en août 1940.

Lorsque la guerre éclate en 1939, l’Allemagne nazie envoie ses sous-marins dans l’Atlantique Nord pour détruire la ligne d’approvisionnement des convois de navires marchands entre l’Amérique du Nord et la Grande-Bretagne. Pour les habitants de l’île Bell, la terreur anti-marchande occasionnée par les sous-marins allemands atteint son paroxysme en 1942. Le 5 septembre, deux navires ancrés à l’île Bell et à l’île Little Bell non loin de là, le S.S. Saganaga et le S.S. Lord Strathcona, sont coulés un peu avait midi par le sous-marin allemand U-513. Essuyant les coups de feu d’autres navires du havre et de la batterie côtière de la milice de Terre-Neuve, le U-513 quitte l’île Bell indemne.

Malgré l’intensification de la force maritime autour de l’île Bell, les sous-marins allemands prennent encore une fois l’île Bell d’assaut deux mois plus tard. Au petit matin du 2 novembre, le U-518 lance une torpille vers l’Anna T, un navire charbonnier de 3 000 tonnes ancré au quai Scotia de l’île Bell. La torpille rate sa cible, mais heurte le quai, entraînant des dommages évalués à plus de 30 000 $ (une somme considérable en 1942) et fracassant des fenêtres sur l’île. Le U-518 lance ensuite deux torpilles vers le S.S. Rose Castle et coule aussi le navire de la France Libre PLM 27 avant de prendre la fuite.

En plus d’engloutir quatre navires marchands, les attaques des sous-marins allemands coûtent la vie à 70 hommes et des milliers de tonnes de précieux minerai de fer sombrent au fond du havre de l’île Bell. Lors de ces événements tragiques, les médecins, les infirmières et les civils de l’île Bell se portent au secours des survivants. Les attaques de 1942 continuent d’avoir un écho jusqu’à nos jours. Elles sont relatées dans des livres, des articles et des documentaires pour la télévision, et suscitent l’intérêt des plongeurs amateurs désireux d’explorer les épaves chargées de minerai de fer qui sont encore visibles par beau temps.