Reader Rock Garden vue de la 25th Street SW et McLeod Trail.
© J. Cousineau, Parcs Canada

Fondé en 1913 et aménagé jusqu’en 1942, ce jardin présente des possibilités horticoles, écologiques et esthétiques auxquelles se prête le jardinage dans le climat rigoureux de Calgary. Sa création démontre la nécessité d’illustrer la possibilité de jardiner dans l’ouest du Canada. À son apogée, le jardin était considéré comme l’un des plus beaux et des plus réussis de l’Ouest canadien, par son mariage de l’esthétique informelle du mouvement Arts and Crafts édouardien avec la structure et le contenu des très populaires des jardins de rocaille alpins. Son fondateur, William Roland Reader, faisait partie d’un petit groupe de directeurs de parcs municipaux qui, par leurs compétences et leurs connaissances professionnelles, leur dynamisme, leur dévouement et leurs services continus, contribuèrent grandement à façonner les espaces ouverts de leurs villes au Canada. Ce jardin appuyait le travail horticole réalisé dans le réseau élargi des parcs urbains, y compris dans les cimetières adjacents aménagés par Reader.

Le Reader Rock Garden est aménagé sur une colline escarpée au sud du centre ville de Calgary. Il s’agit d’un jardin de rocaille alpin typique du mouvement Arts and Crafts, un modèle de jardin en vogue en Europe et en Amérique du Nord au début du XXe siècle. Les jardins de rocaille de ce type ont un aspect naturaliste et informel et renferment des espèces de végétaux rustiques et des milieux alpins microscopiques. Le Reader Rock Garden est composé d’une matrice de marches, de murets et d’allées en pierre qui encadrent de nombreuses planches de culture divisées en sections où poussent des milliers de spécimens de plantes indigènes et non indigènes.

Bien que ce jardin centenaire puisse être admiré pour la beauté de ses plantations et l’ingéniosité de sa conception, il constitue aussi un exemple intéressant de la promotion des possibilités horticoles faites dans les prairies canadiennes à l’époque où la colonisation par les Européens dans l’Ouest canadien en était à ses débuts. Reader a créé l’un des quelques jardins importants de l’ouest du Canada dans un milieu considéré comme hostile à l’agriculture. Il ne s’est pas laissé décourager par les conditions désertiques, le vent chinook et les écarts de températures extrêmes. Son jardin personnel est devenu non seulement un véhicule de promotion de la colonisation, mais aussi une expérience réussie d’embellissement municipal. S’inspirant du mouvement City Beautiful, qui associait la beauté des villes au progrès social, et du plan de ville-jardin établi par Thomas Mawson pour Calgary, Reader a travaillé sans relâche pour appliquer les principes du mouvement City Beautiful qui, croyait-il, attireraient les pionniers dans la région. Les espèces qui florissaient dans le jardin de Reader et qui se multipliaient dans ses pépinières ont été plantées dans toute la ville dans le cadre de la mission de l’organisme Calgary Parks. Les citoyens étaient encouragés à suivre l’exemple de Reader en les invitant à visiter son jardin et à s’en inspirer.

La richesse des arbres, des parcs et des jardins de tous genres dans le sud de l’Alberta est en grande partie attribuable aux exploits horticoles de William Roland Reader, à qui nous devons une fière chandelle et dont les résultats sont encore visibles dans le Reader Rock Garden aujourd’hui.