Une vue aerienne de collines recouvertes d'une forêt clairsemée.
La voie de déplacement de Meshikamau-shipu
© Petshishkapushkau. Michael Weiler.

La voie de déplacement de Meshikamau-shipu couvre approximativement 330 km et emprunte une série de rivières et de lacs entre Sheshatshiu sur le lac Melville/Atatshi-uinipeku et le secteur de Meshikamau, l’emplacement de l’ancien lac Michikamau qui fait maintenant partie du réservoir Smallwood. Le toponyme « Meshikamau-shipu » est le nom de lieu innu-aimun pour « rivière vers Meshikamau ». La voie de déplacement représente l’utilisation et l’occupation de la péninsule du Labrador par les Innus, que ce soit par les campements, anciens ou toujours fréquentés, dont certains remontent à 3 500 ans, ainsi que par les sentiers de portage, les lieux de naissance et de sépulture et les preuves de participation des Innus à la traite des fourrures. Elle représente le rôle central et le rythme des déplacements sur tout le territoire, caractéristique importante du mode de vie migratoire traditionnel des Innus, et témoigne des aspects économiques, culturels et spirituels de la vie des Innus.

En parcourant ce circuit, les Innus ont découvert des lieux familiers d'importance culturelle, comme des lieux de rassemblement où des familles innues de tout le Nitassinan, la patrie innue, se sont réunies. Il a amené les Innus dans des lieux qui continuent d'être liés à des légendes et qui ont une signification spirituelle. Ce trajet symbolise la continuité et la résilience culturelle des Innus face aux défis auxquels leur mode de vie a été confronté depuis les débuts de l’établissement des Européens. Une relation étroite avec la géographie de Nitassinan est également représentée dans les noms de lieux innus qui sont depuis longtemps attribués aux divers endroits le long du parcours.

Avant l’époque de l’établissement permanent dans les années 1960, le mode de vie des Innus était basé sur la mobilité. Les déplacements saisonniers et régionaux assuraient les activités de chasse et la récolte des ressources (nourriture et matériaux) à des moments et en des lieux précis, et surtout, permettaient aux Innus de se rassembler avec d’autres familles innues. La voie de déplacement de Meshikamau-shipu incarne les principes fondamentaux du mode de vie innu, y compris le maintien des relations humaines, la récolte des ressources ainsi que les déplacements à pied, en canot ou en embarcation parmi les paysages profondément révérés du Nitassinan.

Les familles continuent de passer du temps dans des campements à l’intérieur des terres, le long de ce parcours. Cette route revêt toujours une importance culturelle immuable pour les Innus, malgré l’incidence de la diminution des déplacements dans les terres, l’inondation du secteur de Meshikamau et un éventail de répercussions complexes liées à la colonisation. 

Les recherches archéologiques actuelles ont mis à jour des outils de pierre et des éléments d’habitation, ce qui indique que la voie de déplacement témoigne de la présence millénaire des ancêtres des Innus et de peuplades de chasseurs-cueilleurs plus anciennes. Certains des outils et des débris écaillés sont faits de types de pierre provenant de sources éloignées, ce qui indique des déplacements et des échanges sur de longues distances. Les histoires orales innues témoignent d’occupations qui pourraient bien être antérieures aux résultats existants des recherches archéologiques. Plus récemment, la présence innue le long de la voie de déplacement est représentée dans des camps historiques, mais aussi dans des récits oraux et dans une série de documents anciens qui décrivent les activités économiques des Innus et leurs relations avec les premiers missionnaires, commerçants et explorateurs.