Portrait de Donald Strathearn Rawson
Donald Strathearn Rawson
© Université de la Saskatchewan, Archives et collections spéciales, Collection photographique, A-3380.

Donald Strathearn Rawson est un pionnier de la limnologie professionnelle dans l’Ouest canadien dans la première moitié du XXe siècle. Il mène des études scientifiques sur les écosystèmes aquatiques intérieurs, notamment les premières études scientifiques approfondies sur les grands lacs du Nord-Ouest, dont le Grand lac des Esclaves et le lac Athabasca. Ses recherches limnologiques sur le Grand lac des Esclaves permettent de le catégoriser comme un plan d’eau de production comparable à celle des Grands Lacs d’amont, et d’y établir des activités de pêche commerciale lucrative en 1945. À travers ses travaux scientifiques, en particulier son graphique limnologique holistique intitulé « Trophic Nature of the Lake », Rawson aident les scientifiques à comprendre les facteurs interreliés qui influencent la productivité lacustre (le niveau d’algues, de plantes et de faune aquatiques qu’un lac peut supporter). Ces travaux mènent d’autres spécialistes à créer l’« indice morphoédaphique » (IME), un outil couramment utilisé par les limnologues afin de prédire la productivité lacustre en tenant compte de la forme du bassin d’un lac et des minéraux qu’il contient.

Rawson naît près d’Uxbridge, en Ontario, et étudie la biologie à l’Université de Toronto, où il se spécialise dans le domaine émergent de la limnologie. En 1928, il se joint au Département de biologie de l’Université de la Saskatchewan, dont il devient directeur de 1949 à 1961. La direction des pêches de la Saskatchewan finance son travail pendant plus d’une décennie, lui permettant d’établir un laboratoire dédié aux pêches au Département de biologie de l’Université de la Saskatchewan dont Rawson assure la direction de 1948 à 1960. Les activités de Rawson le placent au point de rencontre entre la limnologie, la conservation et l’étude et la gestion des pêches, rédigeant des rapports scientifiques qui exposent en détail la productivité lacustre potentielle pour la pêche commerciale. Limnologue canadien d’avant-garde, Rawson contribue à l’acquisition de connaissances scientifiques dans ce domaine relativement nouveau, ce qui permet l’avancée des sciences aux niveaux national et international.

De 1928 à 1935, Rawson dirige des études d’avant-garde sur les lacs et la pêche au parc national de Prince Albert, en Saskatchewan, et au parc national du Mont-Riding, au Manitoba. Rawson adopte une approche novatrice et globale (inclusive et universelle) pour l’étude limnologique des lacs, se penchant sur l’interdépendance des facteurs, tels que les répercussions des activités humaines, les conditions édaphiques (c’est-à-dire les variables liées au sol et les effets qu’elles peuvent avoir sur les organismes vivants), la forme d’un bassin et le climat. Cette méthode lui permet de mieux comprendre la productivité lacustre et le potentiel des pêches.

Grâce à ses contributions à la recherche scientifique et à la conservation, Rawson est élu membre de la Société royale du Canada (1944) et nommé membre de l’Office des recherches sur les pêcheries du Canada (1959-1961). De plus, il siège à la Royal Commission on the Fisheries of Saskatchewan (1946-1947) et occupe les postes de président au Canadian Committee for Freshwater Fisheries Research (1951) et à la Limnological Society of America (1947), l’organisation internationale de limnologie. Qui plus est, il contribue, en 1958, à la création de la Société canadienne des biologistes de la faune et des pêches (maintenant connue sous le nom de Société canadienne des biologistes de l’environnement), une organisation vouée à la recherche et à la conservation des ressources naturelles.