Dome du grand télescope, 1935, Grubb, Parsons & Co., Richmond Hill, ON.
© Jennifer A. Cousineau, Parcs Canada, 2018

Lorsqu’il ouvre ses portes en 1935, dans un endroit alors isolé à 20 km au nord de Toronto à Richmond Hill, en Ontario, l’Observatoire David Dunlap abrite le deuxième plus grand télescope au monde. Il joue un rôle central dans l’établissement de l’astronomie comme discipline universitaire au Canada. Projet à long terme de C.A. Chant, « père de l’astronomie canadienne », l’Observatoire accueille des générations d’astronomes à l’Université de Toronto, combinant des mandats d’enseignement, de recherche et d’accessibilité publique. Grâce à ses recherches à l’Observatoire, l’astronome Thomas Bolton réalise une percée astronomique majeure lorsqu’il confirme l’existence des trous noirs en 1971. Financé par Jessie Donalda Dunlap, qui le nomme à la mémoire de son défunt mari, l’Observatoire David Dunlap comprend deux bâtiments principaux : le grand dôme du télescope, un bel exemple bien conservé de la conception des observatoires du début au milieu du XXe siècle au Canada qui conjugue avec succès des éléments modernes et néoclassiques, et l’élégant bâtiment administratif de style Beaux-arts, conçu par le cabinet Mathers & Haldenby. Ces constructions s’agencent avec les autres bâtiments érigés pour l’Université de Toronto.

En tant que centre éducatif, l’Observatoire David Dunlap renforce immédiatement la discipline de l’astronomie au Canada. Bien que le gouvernement fédéral finance alors deux observatoires ­– l’Observatoire fédéral à Ottawa et l’Observatoire fédéral d’astrophysique à Victoria – le manque d’infrastructures universitaires se traduit par un manque d’opportunité pour les étudiants canadiens de recevoir une formation pratique en astronomie au cours de leur formation. Par conséquent, l’Université de Toronto devient la première école canadienne à offrir des diplômes d’études supérieures en astronomie avec l’attribution d’un premier doctorat en 1953.

Les recherches menées à l’Observatoire David Dunlap mènent à des centaines de publications, mais l’une d’entre elles se démarque particulièrement par son importance. À l’été 1971, le chercheur postdoctoral Thomas Bolton confirme la présence d’un trou noir dans la Voie lactée. Il s’agit d’une découverte astrologique majeure puisque personne n’avait précédemment réussi à repérer un trou noir. L’article original confirmant son existence est une contribution importante dans le domaine de l’astronomie.

L’élément visuel le plus marquant de l’Observatoire David Dunlap est le grand dôme du télescope, ou plus simplement « l’observatoire ». Il s’agit d’une immense structure en dôme ayant pour fonction principale de protéger le télescope réfléchissant de 1,87 m qu’elle abrite. La coupole est peinte en blanc et comprend un ensemble de volets rétractables surélevés pour l’observation astronomique, caractéristique de l’architecture en astronomie du XXe siècle. Situé au nord-est de l’observatoire, le bâtiment d’administration est accessible par un sentier de procession pavé. Cette structure imposante est une composition sobre de style Beaux-arts. Faisant écho à l’architecture du dôme, le bâtiment d’administration comporte trois coupoles symétriques qui abritaient autrefois chacune un télescope fonctionnel (un seul l’est toujours). Ces petites coupoles font du bâtiment d’administration un deuxième lieu de recherche en astronomie, les étudiants pouvant y être formés sans avoir à rivaliser avec les chercheurs en astronomie pour obtenir du temps d’observation dans le grand dôme.