Fiche d’information

Rose Fortune
Aquarelle des années 1830 de Rose Fortune, artiste inconnu
Service des archives et de la gestion des dossiers de la Nouvelle-Écosse [SAGDNE] Collection d'art documentaire : no d’acquisition 1979- 147/56 | NSARM neg. N-6955 CN-9813

La vie et les réalisations de Rose Fortune témoignent de la lutte des loyalistes noirs, tout particulièrement celles des femmes de cette communauté, dans la colonie britannique de la Nouvelle-Écosse au XVIIIe siècle. Arrivée en Nouvelle-Écosse en 1783 ou 1784 en même temps que plus de 3000 autres loyalistes noirs, Rose Fortune a bravé les obstacles et les préjugés de l’époque et est devenue quelqu’un d’important et de respecté au sein de sa communauté. Malgré les nombreux dangers que les femmes noires de l’époque devaient affronter, Fortune est connue pour avoir fait régner la paix et l’ordre dans le secteur riverain où elle travailla pendant plus de 20 ans. L’histoire de Rose Fortune est une source de fierté continue pour la communauté afro-canadienne depuis le début du XXe siècle. Sa vie incarne la résilience et la survie des loyalistes noirs, première vague d’immigrants noirs venus du sud, qui ont triomphé des préjugés et de la marginalisation économique et réussi à se tailler une place en ce pays.

Rose Fortune est née vers 1774 dans les colonies britanniques qui formeront les États-Unis. Enfant, elle arrive en Nouvelle-Écosse avec sa famille de loyalistes noirs : des esclaves afro-américains ayant obtenu leur liberté pour avoir appuyé les Britanniques lors de la guerre d’Indépendance américaine puis s’étant relocalisé en territoire britannique. Les membres de sa famille ont quitté New York en compagnie de 3000 loyalistes à destination de la Nouvelle-Écosse à la fin de la guerre, et se sont installés à Annapolis Royal. Rose Fortune est devenue une femme connue à Annapolis Royal et partout en Nouvelle-Écosse grâce à son entreprise de transport de bagages à destination ou en provenance des quais, et pour avoir été la première « policière » non officielle de la ville, et ce, bien avant l’établissement d’une force policière professionnelle. Des voyageurs passant par Annapolis Royal, des officiers militaires et des fonctionnaires ont rendu compte de leurs rencontres avec Rose Fortune. Ils l’ont décrit faisant le transport de sacs, réveillant ses clients à temps pour qu’ils ne manquent pas leur bateau et disciplinant les jeunes du coin qui traînaient autour d’elle. C’est avec tendresse que les habitants d’Annapolis Royal gardent d’elle le souvenir d’une personne emblématique de leur communauté et déterminée à préserver l’ordre public. Un artiste anonyme l’a représentée dans une aquarelle datant de 1830, et il s’agit de l’une des deux seules images contemporaines de loyalistes noirs. Dans les années 1920, inspiré par le portrait de Rose Fortune, un journaliste montréalais a effectué des recherches sur la vie de cette dernière et l’influence qu’elle a eue sur la ville d’Annapolis Royal, rassemblant des souvenirs témoignant de la force de sa personnalité et de son influence. Les descendants de Rose Fortune continuent de faire vivre son histoire.

Il existe très peu de récits complets sur les loyalistes noirs, et aucun sur une femme de ce groupe. Les quelques rapports qu’il reste au sujet de ces migrants font état de périodes de transition ou de courts récits sur des temps difficiles, ce qui ne donne qu’un aperçu de la vie et de la contribution de ces personnes à l’histoire du Canada. Le récit de l’histoire de Rose Fortune témoigne de la vie d’une loyaliste noire, de son arrivée au Canada lorsqu’elle n’était qu’une enfant, de sa vie active dans la communauté et de l’héritage qu’elle laisse en Nouvelle-Écosse et dans la communauté noire au Canada.