Fiche d’information

Mina Benson Hubbard
Mina Benson Hubbard, dans la zone centrale du Labrador, portant son chapeau et sa jupe caractéristique, portant des sacoches contenant des instruments et tenant probablement une tige à instrument
Hubbard, Mme Leonidas, Jr., 1908. Du livre A Woman’s Way Through Unknown Labrador. Londres, John Murray, en regard de la page 88

Au tournant du XXe siècle, l’exploratrice, arpenteuse et auteure d’un récit d’exploration Mina Hubbard a mené une expédition dans le but d’arpenter la seule région encore non cartographiée de l’Est du Canada. Cette expédition audacieuse entreprise en 1905 dans la partie inexplorée de l’Est du Labrador a fait avancer de façon notable les connaissances géographiques. Par la prise de mesures latitudinales en continu le long du parcours de 900 kilomètres de la rivière North West à la baie d’Ungava, Mina Hubbard a établi les positions correctes des rivières Naskaupi et George ainsi que des lacs et des affluents associés. La carte qu’elle a produite a immédiatement été reconnue par l’American Geographical Society (Société américaine de géographie) et la British Geographical Society (Société britannique de géographie) et était définitive jusqu’à l’avènement de la photographie aérienne au Labrador dans les années 1930.

Mina Benson Hubbard Ellis est née en Ontario en 1870 dans une ferme. Elle travaille comme institutrice de 1886 à 1896 puis suit une formation d’infirmière à New York. L’un de ces patients est Leonidas Hubbard, Jr., un ancien enseignant devenu journaliste. Ils se marient en 1901. Deux ans plus tard, il meurt de faim et de froid pendant son exploration du Labrador. En 1905, Mina Hubbard entreprend de terminer le travail de son mari et mène une expédition dans l’intérieur du Nord-Est du Labrador. Elle voyage avec quatre hommes ayant l’expérience de la vie en forêt et apporte avec elle des appareils photo, des outils météorologiques et du matériel d’arpentage. Même si elle n’est ni géographe, ni voyageuse chevronnée en milieu sauvage, son expédition bien planifiée est achevée en un temps record et elle rassemble un ensemble d’observations précieuses. Les photos de Mina Hubbard constituent les premiers enregistrements du genre du paysage intérieur et de ses habitants, les Innus. Publiée en 1906, sa carte des rivières et des lacs de la région constitue le fondement des cartes officielles de l’Amérique du Nord, pendant des décennies

Mina Hubbard est également l’auteure d’un classique de la littérature canadienne sur les explorations. Avec son ouvrage de 1908, A Woman’s Way Through Unknown Labrador, et le journal qu’elle tient de son expérience sur le terrain, Mina s’écarte des récits d’exploration de l’époque. Au lieu d’être axés sur les thèmes de l’endurance et de la compétition, ses travaux écrits montrent une ouverture sur les perspectives et les opinions de son équipe de quatre hommes autochtones et métis. Il en découle que leurs valeurs et leurs sensibilités, plutôt que les paradigmes européens, déterminent la commodité et la réussite du voyage. La première femme canadienne à lancer et à mener à bien une expédition aux objectifs explicitement scientifiques, Mina Hubbard est acclamée pour ses contributions scientifiques et est nommée membre de la Royal Geographical Society (Société géographique royale) de la Grande-Bretagne en 1927.