Ne donnez jamais à manger à la faune 

L’observation de la faune dans son habitat est une expérience exaltante, mais il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’animaux sauvages. La rencontre d’une bête peut se révéler dangereuse tant pour le visiteur que pour l’animal. En suivant quelques lignes directrices simples, vous contribuerez à votre propre sécurité et à celle des animaux sauvages du parc.

Il est dangereux et illégal de nourrir, d’attirer ou de déranger un animal dans un parc national. En donnant à manger à un animal, vous compromettez sa sécurité et la vôtre. De plus :

  • Évitez de laisser traîner des ordures ou des restes de nourriture. Les animaux qui ont déjà été nourris par les humains, directement ou indirectement, sont plus susceptibles de s’approcher d’eux et de leur faire du mal.
  • Rangez vos provisions, vos déchets et tous les articles liés à la nourriture dans votre véhicule. Réduisez les odeurs à un minimum.

Plantes nuisibles 

Berce du Caucase et panais sauvage 

La berce du Caucase et le panais sauvage sont des plantes envahissantes de plus en plus communes dans le Sud de l’Ontario. Elles peuvent entraîner de graves problèmes de santé si elles sont perturbées. Les toxines contenues dans la sève sont photosensibles et causent une grave réaction de la peau en période d’exposition à la lumière du soleil. Le contact de la sève avec les yeux peut causer une cécité temporaire. Si vous voyez ces plantes ou si vous pensez les avoir vues, évitez de les toucher et signalez-en l’emplacement au personnel du parc. 

Comment identifier la berce du Caucase 

La berce du Caucase n’est pas commune dans le parc national de la Péninsule-Bruce, mais on la trouve le long des routes, dans les fossés, au bord des ruisseaux, dans les champs en friche et dans les clairières. 

  • Plante pouvant faire de 2,5 à 5 m de hauteur.
  • Grosses grappes de fleurs blanches en forme de parapluie d’un diamètre de 30 à 90 cm.
  • Taches pourpres bien visibles et poils raides de texture grossière sur la tige.
Comment identifier le panais sauvage 

Le panais sauvage s’observe couramment au bord de la route 6 et dans les champs. 

  • Plante atteignant de 1 à 2,5 m de hauteur. 
  • Grappes de fleurs vert-jaunâtre de 10 à 20 cm de diamètre. 
  • Tige verte lisse et peu velue. 
Herbe à puce
Herbe à puce

Herbe à la puce 

L’herbe à la puce pousse en abondance dans le parc. Elle forme des touffes au ras du sol mais peut aussi se présenter sous forme de plante grimpante. La sève de toutes les parties de la plante peut causer une éruption cutanée sévère qui s’accompagne de démangeaisons et de cloques. La gravité de l’éruption dépend de la sensibilité de la victime et de la quantité de sève à laquelle elle a été exposée. L’ingestion accidentelle de l’herbe à la puce ou l’inhalation de la fumée causée par le brûlage de la plante peuvent provoquer une éruption interne qui cause des douleurs extrêmes, des problèmes respiratoires ou des dommages aux organes. Bien qu’ils ne puissent pas contracter d’éruption cutanée, les animaux de compagnie peuvent transmettre la sève aux humains par leur pelage. 

Comment identifier l’herbe à la puce 

Dans le parc, l’herbe à la puce est commune le long des sentiers, en forêt et au bord des routes. 

  • Plantes à trois folioles pointues – la tige de la foliole du milieu est plus longue que celle des deux autres. 
  • Le pourtour des feuilles peut être lisse ou dentelé. 
  • Les feuilles peuvent faire de 8 à 55 mm de longueur. 
  • Les feuilles sont rougeâtres au printemps et vertes en été. Elles prennent différents tons de jaune, d’orange et de rouge en automne. 

Si vous pensez avoir été en contact avec de l’herbe à la puce, lavez la région infectée à l’eau froide et au savon. Vous diminuerez ainsi les risques d’éruption cutanée et vous empêcherez toute propagation. Consultez un médecin au besoin.

Maladies à transmission vectorielle 

Virus du Nil occidental 

Transmis par des piqûres de moustiques infectés, le virus du Nil occidental cause de la fièvre, des maux de tête, des courbatures et une légère éruption cutanée. Peu de cas sont signalés en Ontario chaque année, mais, si vous passez du temps dehors dans des secteurs où il y a des moustiques, vous êtes à risque. Voici quelques conseils qui vous aideront à vous protéger des piqûres de moustiques et à réduire le risque de contracter le virus : 

  • C’est à l’aube et au crépuscule que les moustiques sont le plus actifs. Portez des chemises à manches longues, un pantalon et des chaussettes si vous êtes dehors pendant ces périodes. 
  • Portez des vêtements de couleur pâle – les moustiques sont attirés par les couleurs foncées. 
  •  Appliquez un insectifuge. Les produits contenant du DEET sont les plus efficaces. 
  • Fermez les moustiquaires pour empêcher les moustiques de pénétrer dans les maisons et les tentes. 

Maladie de Lyme 

La maladie de Lyme se transmet aux humains par des tiques aux pattes noires qui sont infectées par la bactérie Borrelia burgdorferi. Les symptômes varient d’une personne à l’autre, et, si la maladie n’est pas traitée, ils peuvent persister pendant des mois, voire des années. Les symptômes pourraient n’apparaître que des semaines après une morsure. Le meilleur moyen de vous protéger consiste à prévenir les morsures de tique. Même si aucun cas n’a encore été signalé dans le parc, il est sage de prendre des précautions. Voici quelques conseils qui vous aideront à vous protéger des morsures de tique et à diminuer les risques de contracter la maladie de Lyme : 

  • Restez sur le sentier – évitez tout contact avec la végétation. Les tiques s’y attachent dans l’attente d’un animal ou d’un humain qui passera suffisamment près pour qu’elles puissent ramper sur leur hôte. 
  • Appliquez un insectifuge. Les produits contenant du DEET sont les plus efficaces. 
  • Procédez à une inspection complète de votre corps et faites de même pour vos enfants et vos animaux de compagnie. 
  • Prenez un bain ou allez vous baigner après une activité en plein air pour vous débarrasser des tiques encore non fixées à votre corps. 

Si vous vous faites mordre, vous réduirez le risque d’infection en enlevant la tique dans les 24 à 36 heures qui suivent. Enlevez soigneusement la tique et lavez le site de la morsure au savon et à l’eau ou désinfectez-le avec de l’alcool. Déposez la tique dans un sac de type Ziploc et inscrivez la date de la morsure. Ces renseignements aideront votre fournisseur de soins de santé à évaluer votre maladie si vous développez des symptômes dans les semaines qui suivent. 

Rage 

La rage est causée par un virus qui s’attaque aux mammifères. Vous pouvez contracter la maladie si vous vous faites mordre par un animal infecté ou si sa salive entre en contact avec vos yeux, votre nez, votre bouche ou une plaie ouverte. Évitez les contacts avec tous les animaux sauvages.