Restauration du lac Clear dans le parc national du Mont-Riding

L’enjeu

Une femme sur un quai examinant un moniteur portatif, un homme à ses côtés.
Des employés de Parcs Canada vérifient le débit d’eau du ruisseau Octopus. Photo : © Chantal Skraba

En 1933, année de création du parc national du Mont-Riding, on se faisait une tout autre idée de la gestion des parcs. À cette époque, tout était pensé dans une perspective récréotouristique, sans égard aux conséquences sur l’environnement. C’est ainsi que le lac Clear, joyau du parc, a vu ses rives cernées de chalets et de routes. On en a défriché la végétation, on l’a jalonné des rampes de mise à l’eau, on en a fait un bassin d’effluents d’eaux usées et on a simplifié ses liens avec les milieux humides environnants. Le lac en a beaucoup souffert. La perte d’habitats aquatiques a provoqué le déclin des populations de poissons, la qualité de l’eau s’est dégradée et des espèces envahissantes ont fait leur apparition dans les environs. Aujourd’hui, la vision de la gestion des parcs privilégie la prévention et la restauration des écosystèmes dans la mesure du possible. Le personnel du parc a donc entrepris l’ambitieux projet de rendre le lac Clear à son état naturel.

L’approche

  • Signer une entente de gestion coopérative avec la Première Nation Ojibway de Keeseekoowenin (PNOK) et sensibiliser les utilisateurs du lac et les résidents des municipalités avoisinantes.
  • Avec le concours du terrain de golf du lac Clear, réhabiliter 3 hectares du ruisseau Bogey.
  • Faire appel à des universités pour étudier plus en profondeur le débit des eaux, les apports de nutriments et les bilans hydriques; chercher des moyens de rétablir le lien avec le lac South.
  • Prévenir l’invasion de moules zébrées en sensibilisant les visiteurs, en inspectant les embarcations avant leur mise à l’eau et en maintenant une surveillance étroite.

Les réalisations

  • Établissement de critères relatifs à la santé de l’écosystème grâce à l’aide du savoir autochtone de la PNOK sur les populations de corégones et de grands brochets.
  • Mesures de soutien et d’intendance de la part des divers intervenants; modernisation du réseau d’évacuation des eaux usées autour du lac.
  • Restauration de 3,78 hectares le long du ruisseau Bogey par l’enlèvement des déchets du dépotoir Grey Owl, le remodelage des pentes et le rétablissement de la végétation sur les rives dans les aires de fréquentation diurne.
  • Partenariat avec des universités de la région en vue de rétablir les liens entre le lac Clear, le lac South et le ruisseau Octopus.
  • Amélioration des installations de l’Anse aux bateaux, inspection de 10 000 bateaux en vue de détecter d’éventuelles espèces aquatiques envahissantes, décontamination de plus de 500 embarcations et surveillance de la présence de moules zébrées.