Rétablissement d’espèces au lieu historique national du Canada Fort Rodd Hill et dans la réserve de parc national des Îles-GulfNote de bas de page *

L’enjeu

Gros plan d’une fleur jaune vif (balsamorhize à feuilles deltoïdes).
Des graines cultivées en pépinières servent au rétablissement de la balsamorhize à feuilles deltoïdes, une espèce menacée. Photo : © Nathan Fisk

La zone écologique côtière du sapin Douglas (CSD) est à la fois la plus petite des 16 zones écologiques de Colombie-Britannique et celle qui présente la combinaison de conditions la plus rare. Malgré tout, elle abrite la plus grande diversité végétale indigène de la province, dont 225 espèces en péril, notamment dans les écosystèmes à chênes de Garry. L’homme a introduit plus de 150 espèces envahissante dans la zone CSD, notamment parce que plus de trois quarts des 4,6 millions de Britano-Colombiens y vivent. En fait, la zone se compose à 80 % de terrains privés et elle est la moins protégée de la province. C’est dans ce contexte que les efforts de protection et de restauration menés par Parcs Canada au lieu historique national du Canada Fort Rodd Hill et dans la réserve de parc national des Îles-Gulf prennent toute leur importance.

L’approche

  • Débarrasser Fort Rodd Hill de ses plantes envahissantes comme le genêt à balais afin de rétablir les écosystèmes à chêne de Garry.
  • Utiliser le brûlage dirigé, une pratique écoculturelle d’origine autochtone, pour rétablir les processus écologiques.
  • Faire pousser les espèces menacées en pépinière en vue de les replanter.
  • Planter des semis ou des graines de plantes indigènes rares afin de fortifier les populations existantes ou d’en créer de nouvelles.
  • Faire participer les visiteurs, des bénévoles, le public et les partenaires autochtones aux activités de restauration.

Les réalisations

  • Enlèvement des espèces envahissantes sur 54 hectares à Fort Rodd Hill et sur huit îles de la réserve de parc national des Îles-Gulf.
  • Avec la participation de partenaires universitaires, autochtones et régionaux, utilisation du brûlage dirigé pour revitaliser l’île Tumbo et étude du rôle de celle-ci dans les écosystèmes à chêne de Garry (2016).
  • Plantation de 13 espèces en voie de disparition dans une pépinière de Fort Rodd Hill, y compris le balsamorhize à feuilles deltoïdes, puis transplantation des semis de cette plante afin de faire passer la population de 3 à 200 spécimens.
  • Épandage de 15 000 graines de plagiobothryde délicate sur l’île de Saturna et de graines de limnanthe de Macoun produites en pépinière, faisant passer le nombre de spécimens de cette dernière de 800 à 2 556.
  • Mobilisation de 667 bénévoles et de 5 000 visiteurs de partout dans le monde par le biais d’événements et de programmes d’interprétation en 2016 et 2017.