Lieu historique national du Canada des Étals-de-Harengs-Fumés-de-Seal Cove

Seal Cove, Grand Manan, Nouveau-Brunswick
Photo aérien de l'anse (© Parks Canada  Parcs Canada 1996  (HRS 1075))
Aérien de l'anse
(© Parks Canada Parcs Canada 1996 (HRS 1075))
Adresse : Seal Cove, Seal Cove, Grand Manan, Nouveau-Brunswick

Loi habilitante : Loi sur les lieux et monuments historiques (L.R.C. (1985), ch. H-4)
Date de désignation : 1994-11-24

Autre nom(s):
  • Étals de harengs fumés de Seal Cove  (Nom de la désignation)
Numéro du rapport de recherche : 1995-041, 1995-AM-02

Plaques


Plaque existante:  Seal Cove, Grand Manan, Nouveau-Brunswick

Ces bâtiments, quais, bordigues et étals rappellent l'importance qu'avait autrefois la pêche au hareng. La plupart des ouvrages remonte à la belle époque de cette activité entre 1870 et 1930, quand les marchés se trouvaient aux États-Unis et aux Antilles. Les résidents de l'anse pêchaient dans les eaux poissonneuses le long de la côte tandis que d'autres travailleurs, dont plusieurs femmes et enfants, traitaient le poisson. Seal Cove témoigne éloquemment d'un temps où Grand Manan était un centre prospère de pêche et de traitement du hareng au Canada.

Description du lieu patrimonial

Le LHNC des Étals de harengs fumés de Seal Cove sur l'île de Grand Manan, se compose de quelque 54 bâtiments vernaculaires de bois dont la plupart ont été construits entre 1870 et 1930, ainsi que l'élément paysager associé entourant une anse bordée de digues à son embouchure et d'une crique à sa tête. Ces étals sont situés entre l'océan Atlantique, et le village et les collines en arrière.

Valeur patrimoniale

Le LHNC des Étals de harengs fumés de Seal Cove a été désigné lieu historique national parce que : sa richesse visuelle et sa nature évocatrice attestent de la culture des pêcheries de saumon fumé de l'Atlantique de la fin du XIXe siècle jusqu'à aujourd'hui; Seal Cove était un centre important du développement des pêcheries dans le sud du Nouveau-Brunswick à la fin du XIXe siècle; son importance historique s'allie à sa richesse esthétique, qui découle de l'intégration des éléments paysagers naturels, des édifices industriels qui attestent de la technologie et des méthodes des pêcheurs, et des lignes ondulées de l'eau, ce qui crée une zone extraordinaire autrefois typique des paysages maritimes, mais de plus en plus rare de nos jours.

La valeur patrimoniale de ce site a trait à la fusion des éléments bâtis et naturels en un tout esthétique, qui est typique des paysages maritimes vernaculaires de la fin du XIXe siècle.

Source : Commission des lieux et monuments historiques du Canada, Procès-verbal, novembre 1995

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques qui confèrent à la propriété sa valeur patrimoniale comprennent :
la disposition des petits édifices de bois en groupes denses formant des unités de production appelées «étals»; la composition des étals constitués d'un fumoir, d'un hangar d'enfilage et parfois d'un hangar de désarêtage, ainsi que de petits entrepôts; les quai à mats de levage et les pertuis, palans et hangars attenants; le réseau de voies et sentiers de terre étroits régissant les modes de circulation sur le site; l'emplacement des bâtiments et des quais autour de l'anse, devant le village.

Hangars d'enfilage : leurs corps de bâtiment simples rectilignes, à toit à pignon, ossature de bois et parement de bardeaux; l'emploi de matériaux modestes non finis; leur emplacement le long du front de mer, souvent sur des quais au-dessus de l'eau.

Fumoirs : leur charpente claire, leur bardage de bois, leur toit en pente raide à pignon ouvert, leurs fenêtres coulissantes et leur fondation en ciment; leur conception en séries extensibles de baies formant un espace ouvert avec des roues de séchage sur toute la largeur; l'emploi de matériaux modestes non finis.

Hangars de désarêtage : leur plan ouvert et leur construction vernaculaire en bois; leur emplacement proche d'installations ayant d'autres fonctions, et parfois les jouxtant; l'emploi de matériaux modestes non finis.