Lieu historique national du Canada du Phare-et-du-Blockhaus-de-l'Île-Bois-Blanc

Amherstburg, Ontario
Vue du blockhaus au lieu historique national du Canada du Phare-et-du-Blockhaus-de-l'Île-Bois-Blanc, 2005. © Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, 2005.
Vue du blockhaus
© Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, 2005.
Image hstorique du blockhaus, phare et résidence du gardien. © Parks Canada Agency / Agence Parcs CanadaVue du blockhaus au lieu historique national du Canada du Phare-et-du-Blockhaus-de-l'Île-Bois-Blanc, 2005. © Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, 2005.Vue général du phare au lieu historique national du Canada du Phare-et-du-Blockhaus-de-l'Île-Bois-Blanc. © Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada
Adresse : Île Boblo (Île-Bois-Blanc), Amherstburg, Ontario

Loi habilitante : Loi sur les lieux et monuments historiques (L.R.C. (1985), ch. H-4)
Date de désignation : 1955-05-10
Dates :
  • 1796 à 1839 (Construction)
  • 1838 à 1838 (Significative)
  • 1839 à 1858 (Significative)

Événement, Personne, Organisation :
  • Rébellions de 1837  (Événement)
  • Lieutenant Colonel Gother Mann  (Personne)
  • James Hackett  (Personne)
  • Royal Canadian Rifle Regiment  (Organisation)
  • Capitaine George Salmon R.A.  (Constructeur)
  • Lieutenant Colonel Richard Airey  (Constructeur)
  • John Cook  (Constructeur)
Autre nom(s):
  • Phare et blockhaus de l'Île Bois Blanc  (Nom de la désignation)
Numéro du rapport de recherche : 1961-041, 2006 SDC-009
Numero RBIF : 56544 00

Description du lieu patrimonial

Le lieu historique national du Canada du Phare-et-du-Blockhaus-de-l’Île-Bois-Blanc se trouve sur l’île Bois Blanc, dans la rivière Detroit, près d’Amherstburg, en Ontario. Le lieu compte un blockhaus carré en bois de même qu’un phare en calcaire de style impérial datant des années 1830. Les deux bâtiments se trouvent à l’extrémité sud de l’île Bois Blanc. La reconnaissance officielle vise les deux bâtiments sur leur tracé au sol.

Valeur patrimoniale

Le Phare et Blockhaus de l'île Bois Blanc a été désigné lieu historique national du Canada en 1955 parce que : ce fut un des points d'attaque des rebelles canadiens et de leurs sympathisants américains en janvier 1838; les blockhaus, construits en 1839, faisaient partie des ouvrages de défense du fort Malden.

L’île Bois Blanc fut proposé comme lieu de défense stratégique pour la première fois par le lieutenant-colonel Gother Mann lorsque les Anglais préparaient l’établissement de nouveaux postes pour remplacer ceux perdus aux mains des Américains pendant la Révolution américaine. En 1837, le gouvernement du Haut-Canada a autorisé la construction d’un phare sur la pointe sud de l’île, dans le but de faciliter la navigation maritime sur la rivière Detroit. Après le déclenchement des Rébellions de 1837, des volontaires de la milice ont occupé le territoire de l’île Bois Blanc en vue de protéger l’endroit des rebelles canadiens et de leurs sympathisants américains. Le 8 janvier 1838, ces derniers s’emparent de la goélette Anne et ont navigué sur la rivière Detroit jusqu’à l’île Bois Blanc. Les miliciens, craignant alors que ce déplacement vers l’île Bois Blanc ne soit qu’une diversion des rebelles pour attaquer Amherstburg, ont décidé de quitter l’île. Les forces rebelles ont débarqué à la pointe sud de l’île et ont établis un camp près du phare. Le 9 janvier, ils sont repartis à bord de la goélette Anne, mais s’échouent au sud d’Amherstburg. Tous les rebelles à bord de la goélette furent alors capturés par la milice. Les autres rebelles, demeurés sur l’île, ont décidé aussitôt de se replier.

Après le raid, les Anglais ont reconstruit le fort Malden, maintenant un lieu historique national du Canada, et le lieutenant-colonel Richard Airey, craignant une nouvelle attaque des rebelles, a proposé à ses hommes d’établir d’autres postes de défense sur l’île Bois Blanc. Trois blockhaus ont été construits en 1839 et ont été occupés par les troupes britanniques jusqu’en 1858, année au cours de laquelle les terres ont été offertes en location à des particuliers.

Source : Commission des lieux et monuments historiques du Canada, Procès-verbal, juin 2006.

Éléments caractéristiques

Les principaux éléments qui donnent au lieu sa valeur patrimoniale sont les suivants : son emplacement, à l’extrémité sud de l’île Bois Blanc, dans la rivière Detroit, près d’Amherstburg, en Ontario; la volumétrie carrée à deux étages du blockhaus, caractérisée par la simplicité de sa construction en bois et coiffée d’un toit en tuiles de bois; la volumétrie circulaire du phare, avec une hauteur de 12,19 mètres (40 pieds), caractérisée par son style impérial et sa construction en calcaire; le revêtement en moellons du phare et ses flancs tronconiques se dressant élégamment jusqu’à une corniche en encorbellement percée de trois fenêtres; la proximité du lieu par rapport au lieu historique national du Canada du Fort-Malden, de même que son lien avec ce dernier; l’intégrité des vestiges archéologiques qui subsistent ou qui n’ont pas encore été mis au jour, mais qui pourraient l’être à leur emplacement et dans leur état d’origine; les points de vue depuis le lieu sur l’île Bois Blanc, au nord, Amherstburg, à l’est, le Michigan, à l’ouest, et le lac Érié, au sud.