Lieu historique national du Canada du Fort-Livingstone

Pelly, Saskatchewan
Vue du fort Livingstone, qui montre son emplacement en haut d'une colline, entouré de bois, 2005. © Agence Parcs Canada / Parks Canada Agency.Vue de la plaque et du cairn de la CLMHC © Agence Parcs Canada / Parks Canada Agency
Adresse : Route 661, Pelly, Saskatchewan

Loi habilitante : Loi sur les lieux et monuments historiques (L.R.C. (1985), ch. H-4)
Date de désignation : 1923-05-25
Dates :
  • 1874 à 1875 (Construction)
  • 1874 à 1884 (Significative)

Événement, Personne, Organisation :
  • La première rencontre du conseil des Territoires du Nord-Ouest (1877)  (Événement)
  • David Laird, lieutenant-gouverneur des territoires du Nord-Ouest  (Personne)
  • Police montée du Nord-Ouest  (Organisation)
  • Ministère des Travaux publics  (Architecte)
Autre nom(s):
  • Fort Livingstone  (Nom de la désignation)
  • Caserne de la rivière Swan  (Autre nom)
Numéro du rapport de recherche : 1962-065, 1963-030; 1964-018
Numero RBIF : 14010 00

Plaques


Plaque existante:  Pelly, Saskatchewan

Premier poste construit spécialement comme quartier général pour la Police à cheval du Nord-Ouest, le fort Livingstone, généralement appelé caserne de la rivière Swan, fut érigé en 1874, mais ne fut habité entièrement qu'au printemps suivant. Pouvant accueillir 185 hommes et leurs montures, il renfermait aussi un logement pour un magistrat stipendiaire. Le quartier général ayant été déplacé au fort Macleod en 1876, le fort Livingstone ne fut plus qu'un simple poste jusqu'en 1878. Il devint alors un sous-poste de Shoal Lake jusqu'à sa destruction par un feu de prairie en 1884. *À noter : Cette désignation fera l’objet d’une revue. Une revue a lieu pour l’une des raisons suivantes : formulation ou termes désuets, absence d’un aspect important de l’histoire, erreurs factuelles, croyances et comportements controversés ou acquisition de nouvelles connaissances.

Description du lieu patrimonial

Le lieu historique national du Canada du Fort-Livingstone est un site archéologique sur lequel se trouvait autrefois la première caserne de la Police montée du Nord-Ouest dans l'ouest du Canada. Il est situé sur une péninsule élevée dominant la rive est du ruisseau Snake, près de son confluent avec la rivière Swan, à environ 16 kilomètres au nord de la ville de Pelly, en Saskatchewan. La désignation se confère au site et à ses vestiges archéologiques.

Valeur patrimoniale

Le fort Livingstone a été désigné lieu historique national du Canada parce que : c'était la première capitale des Territoires du Nord-Ouest, en 1876-1877; c'était le quartier général de la Police montée du Nord-Ouest et le premier poste construit spécifiquement pour elle.

La valeur patrimoniale du fort Livingstone réside dans ses liens historiques avec le gouvernement du Canada et avec la Police à cheval du Nord-Ouest (P.C.N.-O.), tels qu'illustrés par la situation du fort et par les vestiges qu'il contient qui illustrent la vie pendant son occupation par la P.C.N.-O. Le ministère des Travaux publics a construit le fort Livingstone en 1874-75, qui était appelé alors Caserne de la rivière Swan. En 1884, peu après le déménagement de la capitale territoriale en 1876, le fort a été détruit par un feu de prairie. Autrefois, ce fort contenait les édifices nécessaires pour accommoder les 185 hommes qui y vivaient, à savoir les logements des hommes mariés, les logements des célibataires, les logements des officiers, un hôpital et trois structures non identifiées dont on voit encore les vestiges.

Sources : Commission des lieux et monuments historiques du Canada, Procès-verbal, juin 1973; Énoncé d'intégrité commémorative.

Éléments caractéristiques

Voici les principales caractéristiques qui contribuent à la valeur patrimoniale de ce lieu : la situation du fort en haut d'une colline en granit, à côté du ruisseau Snake, entouré de bois; les perspectives vers la rivière Swan et sa traversée la plus au nord, vers les sentiers historiques, et le long des vallées du ruisseau Snake et de la rivière Swan; la végétation naturelle de l'endroit, et surtout l'herbe et les bosquets de trembles et d'aubépines; les traces de l'ancien passage du télégraphe; le contour au sol et le profil des vestiges du fort et de ses dépendances, principalement les fondations et la cave; les signes de la construction, des matériaux, de l'utilisation fonctionnelle et de l'emplacement des édifices; les traces (surtout souterraines) de la vie au fort, y compris les objets déterrés et entreposés par Parcs Canada et par le musée de Pelly.