Lieu historique national du Canada de l'Ancienne-Aluminerie-de-Shawinigan

Shawinigan, Québec
Vue arienne du bâtiment 15, montrant sa forte façade, et son surdimensionnement, 2001. © Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, Jacques Pleau & Michel Pelletier, 2001.
Bâtiment 15
© Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, Jacques Pleau & Michel Pelletier, 2001.
Façade du bâtiment de l'ancienne aluminerie de Shawinigan, 2001. © Parks Canada Agency / Agence Parcs CanadaVue latérale du bâtiment 1, montrant son implantation sur la rive, 2001 © Parks Canada Agency/ Agence Parcs CanadaIntérieur © Parcs Canada / Parks CanadaVue arienne du bâtiment 15, montrant sa forte façade, et son surdimensionnement, 2001. © Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada, Jacques Pleau & Michel Pelletier, 2001.
Adresse : 1, rue des Érables, Shawinigan, Québec

Loi habilitante : Loi sur les lieux et monuments historiques (L.R.C. (1985), ch. H-4)
Date de désignation : 2002-07-18
Dates :
  • 1899 à 1927 (Construction)
  • 1900 à 1945 (Significative)

Événement, Personne, Organisation :
  • Charles Martin Hall  (Personne)
  • Pittsburgh Reduction Company  (Organisation)
  • Northern Aluminum Company Limited  (Organisation)
  • Aluminum Company of Canada Limited  (Organisation)
  • Aluminum Company of America  (Organisation)
  • Shawinigan Water and Power Company  (Organisation)
  • E. S. Fickes (Architecte – Bâtiments nos 3, 7, 8 et 9)  (Architecte)
  • F. de P. Townsend (Architecte – Bâtiment no 22)  (Architecte)
  • Wallace Johnson (Architecte – Bâtiment no 1)  (Architecte)
  • F. A. Stoughton (Entrepreneur – Bâtiments nos 1 et 16)  (Constructeur)
Autre nom(s):
  • Ancienne Aluminerie de Shawinigan  (Nom de la désignation)
  •   (Autre nom)
  •   (Autre nom)
  • Pittsburgh Reduction Company, Northern Aluminum Company, Le Plant de l'Alcan, Aluminum Company of Canada  (Autre nom)
  • Alcan (Aluminium du Canada Ltée)  (Autre nom)
  • La Cité de l'énergie  (Autre nom)
Numéro du rapport de recherche : 2001-47

Plaques


Plaque existante:  1, rue des Érables, Shawinigan, Québec

C'est dans cette aluminerie, la plus ancienne conservée en Amérique du Nord, que fut coulé en 1901 le premier lingot d'aluminium canadien. La mise en exploitation de ce complexe sur la rivière Saint-Maurice inaugura l'ère nouvelle de la grande industrie basée sur l'hydroélectricité au Canada, consacrant de fait l'alliance durable entre l'industrie hydroélectrique et celle de l'aluminium. Cette naissance de l'électrométallurgie en Mauricie entraîna un développement industriel sans précédent et une nouvelle prospérité au pays.

Description du lieu patrimonial

Le lieu historique national du Canada de l'Ancienne-Aluminerie-de-Shawinigan, se compose d’une aluminerie, et de ses centrales hydroélectriques, situées aux chutes de Shawinigan sur la rivière Saint Maurice, dans le secteur sud de la ville de Shawinigan. L’ensemble est composé de douze bâtiments en brique érigés sur un plateau dominant la rivière, d’une centrale hydroélectrique sur la rive, et des vestiges des fondations d’une seconde centrale, également en bordure de la rivière. Construits entre 1899 et 1927, les bâtiments sont dans bien des cas mitoyens ou reliés par des passages. Quelques édifices ont été renovés et constituent à présent des espaces culturels ouverts au public. La reconnaissance officielle fait référence aux treize bâtiments et aux vestiges du quatorzième, ainsi qu’aux propriétés entourant les bâtiments 2, 3, 5, 6, 7, 8, 9, 11, 14, 20 et 22 au moment de la désignation.

Valeur patrimoniale

L’ancienne aluminerie de Shawinigan a été désignée lieu historique national du Canada en 2002 pour les raisons suivantes : il s’agit de l’aluminerie la plus ancienne au Canada et en Amérique du Nord; l’usine, en particulier les bâtiments nos 3 et 7, marque le début de la production et de la transformation de l’aluminium au Canada; l’usine marque l’implantation au Canada d’une grande industrie tributaire de l’hydroélectricité, et plus particulièrement de l’électrométallurgie, technologie d’avant-garde pour l’époque; le choix d’un emplacement à proximité dune source d’électricité ainsi que la conception et l’aménagement de l’usine en tant que complexe intégré sont caractéristiques du mode d’implantation de l’industrie de l’aluminium au Canada.

La valeur patrimoniale du lieu tient à ses associations historiques, c’est à dire son aménagement qui favorise l’intégration des processus de fabrication à une source d’énergie et qui est devenu un modèle canadien pour les entreprises industrielles faisant appel à l’hydroélectricité ainsi que les bâtiments qui subsistent, érigés entre 1899 et 1927, période pendant laquelle l’aluminerie de Shawinigan était la seule de son genre au pays. L’aluminerie a été le théâtre de plusieurs premières canadiennes : premier lingot d’aluminium coulé dans le bâtiment 7 en 1901, premiers câbles d’aluminium produits dans le bâtiment 3 en 1902 et premiers conducteurs d’aluminium à âme d’acier réalisés dans le bâtiment 3 en 1910. L’aluminerie a été exploitée jusqu’en 1945.

Première aluminerie bâtie au pays, l’ensemble de Shawinigan est associé aux débuts de l’industrie de l’aluminium et de la fabrication de produits en aluminium au Canada ainsi qu’aux débuts de l’utilisation de l’hydroélectricité pour appuyer une industrie lourde. La transformation de l’alumine pulvérulente en métal en fusion nécessite d’énormes quantités d’électricité. L’inventeur américain, Charles Martin Hall, a mis au point cette technique métallurgique à la fin du XIXe siècle, alors qu’on venait de réussir à capter l’eau en mouvement pour produire de l’hydroélectricité.

À la demande de la Shawinigan Water and Power Company, Charles Martin Hall et son entreprise, la Pittsburgh Reduction Company (PRC), ont bâti la première aluminerie en sol canadien et une centrale électrique sur la rivière Saint Maurice, réunissant ainsi deux technologies de pointe. L’ensemble a été exploité par une filiale de la PRC, la Northern Aluminum Company Limited, devenue par la suite l’Aluminum Company of Canada Limited (ou, plus communément, l’Alcan).

Sources : Commission des lieux et monuments historiques du Canada, Procès-verbal, Novembre 2001; Énoncé d’intégrité commémorative, 2002.

Éléments caractéristiques

Les principaux éléments qui contribuent au caractère patrimonial de ce lieu historique sont les suivants : son implantation et son orientation par rapport à la rivière Saint-Maurice, aux chutes de Shawinigan et à la topographie naturelle de la rive et du plateau supérieur; l’implantation et l’orientation de l’aluminerie sur le plateau dominant la centrale hydroélectrique, ainsi que leur rapport l'un à l'autre; l’implantation et l’orientation des bâtiments dans l’ensemble, et leur rapport les uns aux autres, l’implantation des bâtiments 2 et 22 à l’avant de l’ensemble, et la contiguïté des bâtiments 2 et 22, et des bâtiments 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 11, 14, 15 et 20; la construction en brique et le vocabulaire classique de tous les bâtiments; les formes rectangulaires, les toits à deux versants et le fenêtrage généreux des principaux bâtiments; les détails extérieurs communs dont les baies soulignées de pilastres en brique et les corniches à encorbellement, les groupes de fenêtres cintrées aux lumières multiples et élancées, les appuis en pierre, les grandes portes cintrées avec impostes à lumières multiples et les pignons à fronton avec des grands oculus à lumières multiples; les accessoires et les finis intérieurs encore en place et qui sont associés à la vocation originale des bâtiments de l’ensemble, dont ce qui reste du dispositif de fabrication de câble et des fours de recuit du bâtiment 3, le pont roulant et les vestiges des cuves électrolytiques des bâtiments 7 et 15; la forte élévation et le surdimensionnement du bâtiment 15 par rapport aux autres bâtiments de l’ensemble; les finis d’intérieur d’origine du bâtiment 15, dont les revêtements de sol en blocs de bois huilés et le revêtement en brique des colonnes d’acier; l’échelle réduite, les deux étages et le toit en croupe du bâtiment 2, ses matériaux et finis extérieurs d’origine dont les murs en brique, le toit à tuiles d’aluminium, la fondation en pierre, les appuis en pierre taillée et les voussoirs; les vestiges de la voie d’évitement de 1899, dont ses matériaux d’origine, son implantation et son orientation; les vestiges archéologiques des structures et bâtiments, notamment des bâtiments 4A (1907), 4C (1928), 4D (1930), 21 (1919) et 27 (1935) ainsi que des canalisations enfouies et des baraques de chantier (1899); les vestiges de la fondation de la seconde centrale hydroélectrique (bâtiment 16); les points de vue sur l’ensemble, la rivière, les chutes et les routes voisines ainsi que sur l’aluminerie sur le plateau supérieur dominant la centrale hydroélectrique; l’implantation du bâtiment 1 sur la rive, au pied du plateau, son rapport avec les ouvrages d’amenée et l’aluminerie sur le plateau supérieur, sa forme rectangulaire, à un étage, coiffé d’un toit à deux versants à lanterneau continu, sa conception et ses détails dont les groupes symétriques d’ouvertures cintrées avec appuis en pierre taillée, le toit à lanterneau continu, la tour à toit en croupe et les caractéristiques intérieures et extérieures encore en place et qui sont associés à la production d’hydroélectricité; le bâtiment 22 avec ses deux étages et son toit en croupe, son style néoclassique exprimé dans la façade symétrique aux ouvertures réparties avec régularité, les baies en retrait séparées par des pilastres, l’entrée principale au fronton cintré et à la corniche denticulée, les détails et finis extérieurs, dont les murs de brique à appareil hollandais, les pilastres en brique, les détails en pierre, le toit à tuiles d’aluminium et le fronton en pierre avec l’inscription « Aluminum Company of Canada Limited », son aménagement et son orientation à l’avant du site et ses liens avec le bâtiment 2.